Spectacles des Années folles

Années folles : c’est ainsi que l’on a pris en France l’habitude a posteriori de désigner la décennie qui court de 1919 à 1929, par opposition aux années beaucoup plus sombres qui l’ont précédée et suivie. Ce qualificatif ne rend bien sûr pas compte de tous les aspects de la période. Cependant, il en restitue bien l’atmosphère caractéristique d’enthousiasme et de confiance en l’avenir.

Aux Années folles sont en effet associées des images de modernité, de vitesse, de libération, de joie de vivre, une joie de survivants après les souffrances infligées par la Première Guerre mondiale. Cette vitalité s’exprime notamment dans une frénésie de sociabilité et de divertissement, un besoin de sortir et de faire la fête.

Cent ans plus tard, nous avons choisi de mettre à l’honneur quelques aspects de cette “nuit parisienne” dans les vitrines de la Bibliothèque historique entre décembre 2021 et avril 2022). La danse, le jazz, la comédie musicale, la revue, leurs publics, leurs vedettes et les nouvelles salles de spectacles art-déco sont ainsi évoqués par leurs programmes, affiches et partitions musicales, dont la bibliothèque conserve une riche collection.

Parfois illustrés par des artistes renommés, tels que Paul Colin ou Charles Gesmar, ces images nous frappent encore aujourd’hui par leur énergie et leur modernité.

Retrouvez ci-dessous les textes des cartels et les photographies des documents exposés dans nos vitrines.


Dansomanie

Au sortir de la guerre, les Parisiens sont pris d’une frénésie de danse. Celle-ci déborde le cadre du ballet avant-gardiste, comme ceux que proposent les troupes des ballets russes et suédois, pour envahir tous les genres de spectacles, de la revue à la comédie musicale.

Cette folie de mouvement qui va parfois jusqu’à la dislocation, n’est pas sans lien avec l’arrivée du jazz et des rythmes latino-américains. Elle accompagne la libération des corps, surtout féminins, et le développement du sport. Tandis que les traditionnels bals d’étudiants, comme celui des Quat’Z’arts, se mettent au goût du jour, les dancings accueillent de nouvelles danses : shimmy, fox-trot, ou tango.

Georgette Roger, la danseuse-liane

Après des débuts en 1917 aux Folies-Bergère, la danseuse acrobatique Georgette Roger connaît le succès en 1924 à l’Olympia. Surnommée “la danseuse-liane” par la presse, ses performances témoignent de l’influence du sport ou du cirque sur la scène.

Le journal Comœdia vante ainsi ses “arabesques d’une grâce incomparable”, sa “souplesse” et sa “flexibilité”. Sur cette affiche illustrée par L. Mendousse, datant des années 1920, sa jambe s’élève si haut qu’elle percute le O de son prénom comme si c’était un ballon.


La révolution du jazz

Dès 1917, le jazz suscite un engouement populaire et intéresse les compositeurs européens. L’opéra-jazz Jonny mène la danse d’Ernst Křenek remporte un grand succès en Allemagne et en Autriche en 1927, avant d’être présenté en France au théâtre des Champs-Élysées en 1928.

Après la découverte des jazz bands qui renouvellent les bals parisiens, ces nouveaux rythmes gagnent le music-hall au mitan des années vingt, porté par le succès de nouvelles danses, comme le Black Bottom qui s’immisce dans les dîners-spectacles de l’Apollo.

En 1925, au théâtre des Champs-Élysées, le public découvre le charleston grâce à une troupe de danseurs et de musiciens entièrement afro-américaine dans La Revue nègre. C’est là que se produit pour la première fois à Paris Joséphine Baker, qui devient une icône des Années folles.


Comédies musicales

L’opérette, dont la vogue ne s’est pas démentie depuis le début du siècle, connaît dans les années vingt un regain de popularité, avec un nouvel avatar, la comédie musicale à la française, mêlant dialogues, airs et danses. La musique, souvent influencée par le jazz découvert à Paris en 1917, joue à parts égales avec la parole.

Phi-Phi (1918), est considérée comme la première opérette/comédie musicale moderne, réunissant le compositeur Henri Christiné et le parolier Albert Willemetz, dont la collaboration fait à nouveau mouche avec Dédé (1921). Leur succès est imité par Maurice Yvain, Joseph Szulc ou encore Rip.

Tandis que la comédie musicale à la française fait les beaux jours des théâtres du boulevard, les frères Isola, reprenant en 1925 la direction du théâtre Mogador décident d’y implanter les opérettes américaines. No No Nanette (New York, 1925 ; Mogador, 1926) de Vincent Youmans, succès à Broadway, connaît le même sort à Paris, et lance ce nouveau genre musical.

Affiche de Gosse de riche de Jacques Bousquet, Henri Falk et Maurice Yvain, illustration Clérice frères, 1924.

Malgré le texte de réclame, la comédie musicale Gosse de riche est un succès modeste en comparaison des triomphes précédents de son compositeur Maurice Yvain, Ta bouche (1922) et Là-haut (1923).

L’affiche était pourtant prometteuse : outre Maurice Yvain, la distribution comporte notamment Alice Cocéa – l’Aspasie du retentissant Phi-Phi – ici coiffée en garçonne. La qualité du livret et des paroles de Jacques Bousquet et d’Henri Falk, tournant autour des mœurs des nouveaux riches et des caprices de la jeunesse, est également louée par la presse.

Écouter deux extraits de Gosse de riche, issus d’un 80t numérisé par la Médiathèque musicale de Paris


Entre légèreté et subversion : la revue

La revue connaît un âge d’or dans le Paris des années vingt, alliant en musique et en chansons grand spectacle, humour et érotisme, comme le montrent les . Le fil qui relie entre eux les nombreux tableaux est souvent très mince et sert avant tout de prétexte à l’exhibition de “girls”, cohortes de danseuses légèrement vêtues.

Le Palace, haut lieu de la nuit parisienne, attire une clientèle plus mêlée, avant de changer de répertoire à la suite du meurtre de son directeur, Oscar Dufrenne. Quant au Concert Mayol, dirigé par le même Dufrenne, il joue à fond la carte du nu, tout en invitant des chansonniers comme Georgius ou Polaire. La vogue de la revue de music-hall entraîne par ailleurs l’ouverture de nouvelles salles dans des quartiers moins centraux : les Folies Wagram en sont un bel exemple.

Berthe Rasimi, directrice du Bataclan, s’est fait quant à elle une spécialité des déploiements de costumes fastueux, ce qu’illustre la couverture du programme de la salle.

Une drôle d’excursion au théâtre…

Cocaïne, pièce de Loïc (Louis) Le Gouriadec, affiche illustrée par René Gaillard, 1926.

Acteur et auteur peu connu en France, Loïc Le Gouriadec  (1888-1974) connaît une carrière notable au Québec sous le pseudonyme de Paul Gury1.

Adepte des pièces à thèse, il monte Cocaïne au Théâtre de l’Œuvre, pièce sur l’addiction à cette drogue, après le succès du Mortel baiser en 1923, qui traitait des problèmes sociaux et sanitaires causés par la syphilis.

L’affiche montre la visée édifiante de l’auteur, tout en révélant l’ambiguïté de son propos : la cocaïne est associée à un mode de vie hédoniste et néfaste, représenté par le Moulin rouge, le diable vert et les musiciens noirs, opposé au moralisme de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre.


Modernes salles de spectacle

La vogue de la comédie musicale suscite l’édification de nouvelles salles ainsi que la rénovation de salles existantes.

Le théâtre Daunou, construit par la comédienne Jane Renouardt et son amant l’industriel Jacques Wittouck, est inauguré en 1921. Cette petite salle de 450 places, bijou décoré par Lanvin, devient le temple de la comédie musicale des Années folles.

Au théâtre de la Michodière, belle salle art-déco conçue en 1925 par l’architecte Auguste Bluysen, le directeur Gustave Quinson ouvre avec le succès triomphal de Passionnément (1925) d’André Messager.

Quant aux Folies Bergère, la salle se rénove entièrement en 1926. À cette occasion, l’architecte Maurice Pico ajoute sur la façade un bas-relief représentant une danseuse. Le graphisme des programmes s’actualise, comme le montre celui présenté ici, dont le médaillon évoque Joséphine Baker.

Vedettes de la scène des années vingt

Pour les directeurs des grandes salles de Paris, la présence sur l’affiche d’artistes connus et appréciés du public est un argument de vente capital.

Maurice Chevalier, Mistinguett et Joséphine Baker, qui figurent parmi les principales vedettes du music-hall des années vingt, voient ainsi leur image reproduite sur de multiples supports de réclame, grâce à l’amélioration des procédés d’impression des photographies. Partitions, couvertures des programmes, papillons publicitaires, albums souvenirs mettent …

Le récit de leur vie passionne leurs admirateurs, comme celui de Joséphine Baker qui publie ses mémoires dès 1927, à l’âge de 21 ans !

Max Dearly dans La Vérité toute nue (1925)

Acteur comique et fantaisiste, partenaire régulier de Mistinguett sur scène, Max Dearly (1874-1943) est un habitué des revues et une grande vedette du théâtre de boulevard.

Inspirateur de Max Linder et de Charlie Chaplin, ce n’est pourtant qu’après l’avènement du parlant que Max Dearly consacra sa carrière au cinéma.

Cette affiche signée par le célèbre illustrateur et caricaturiste Sem le montre sans fard dans La Vérité toute nue, comédie bouffe de Pierre Veber et Gustave Quinson, qu’il interpréta aux côtés de Raimu au Théâtre de Paris.


Le public, acteur à part entière

Les couvertures des programmes sont souvent illustrées par des représentations du public, preuve que le spectacle se déroule tout autant dans la salle que sur les planches. Spectateurs et spectatrices se mettent en scène lors de ces sorties festives.

Le choix des illustrateurs de montrer les femmes du public en manteaux de fourrure et bijoux de luxe témoigne de la volonté de s’adresser à une clientèle aisée, parisienne ou étrangère. Les salles sont pourtant également fréquentées par une clientèle populaire, sans pour autant que les classes sociales ne se mélangent du fait du prix des places.

Le public est aussi voyeur : les illustrateurs insistent sur un parterre d’hommes en haut-de-forme observe les danseuses dénudées, suscitant parfois le regard réprobateur d’une épouse, comme sur.


Pour aller plus loin :

  • Encyclopédie multimédia de la comédie musicale en France (1918-1944) de Jacques Gana : http://ecmf.fr/


Citer ce billet
Bibliothèque historique de la Ville de Paris (2022, 10 mai). Spectacles des Années folles. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxf1

  1. Voir l’article de Jean Marmier, “La carrière franco-canadienne de Loïc Le Gouriadec, homme de théâtre”, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, tome 85, no4, 1978. p. 631-640, en ligne : https://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1978_num_85_4_2960. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search