La bohème de Montmartre et sa presse à la fin du 19e siècle

Lieu emblématique du Paris de la fin du 19e siècle, centre de l’avant-garde artistique, Montmartre doit sa renommée à ses cafés, à ses cabarets, mais aussi à la presse qui vivait à leur marge. Entre 1880 et 1905, plus d’une cinquantaine de titres voient ainsi le jour dans le quartier de Montmartre : on dénombre des gazettes politiques, en majorité des publications socialistes et anarchistes, des journaux littéraires et artistiques, mais surtout des publications satiriques. Si certains n’ont eu qu’une existence éphémère avec seulement 2 à 3 numéros publiés, d’autres ont marqué la presse de l’époque en servant de véritables modèles.

En 2021, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris a numérisé une série de journaux montmartrois, mettant ainsi à disposition du public des titres rares et variés sur le portail des bibliothèques spécialisées. A travers ces titres de presse, c’est toute la vie de la bohème artistique montmartroise qui se dévoile.

Le Chat noir, espace de création artistique et journal de promotion

Inauguré le 18 novembre 1881 au 84 boulevard Rochechouart par Rodolphe Salis, le cabaret du Chat Noir est un lieu mythique du Montmartre de la Belle Époque. On raconte qu’en arrivant sur ce lieu, Rodolphe Salis aurait trouvé un chat famélique qu’il adopta pour en faire son emblème. D’autres préfèrent y voir un lien avec un tableau qu’il aurait commandé en souvenir de la nouvelle d’Edgar Alan Poe.

Avant de se lancer dans l’extraordinaire aventure Chatnoiresque, Rodolphe Salis avait fréquenté la société littéraire des Hydropathes et Émile Goudeau, son fondateur, dont il s’inspire pour créer son propre cabaret. A partir de 1882, les Hydropathes, dont la renommée avait été assurée par leur propre journal ainsi que la presse contemporaine, délaissent les cafés du Quartier Latin pour se retrouver dans le cabaret du Chat noir. D’autres membres des sociétés d’étudiants tels les Hirsutes, les Zutistes ou les Incohérents les rejoignent.

La présence de cette jeunesse bohème et étudiante attire la meilleure clientèle de Paris et assure ainsi le succès de ce premier cabaret littéraire, artistique et musical. A la fin du 19e siècle, Le Chat noir devient le principal lieu de création des artistes à la mode : Toulouse-Lautrec, Vincent Van Gogh et Francisco Pissaro ainsi qu’Émile Zola, Jules Vallès et Paul Verlaine s’y retrouvent régulièrement.

Aristide Bruant, autre familier du cabaret, sera l’auteur de la fameuse balade Autour du Chat noir. Devenue son hymne, elle reflète bien l’état d’esprit des lieux.


Afin de faire connaître les jeunes artistes qui le fréquentent et d’assurer la pérennité du cabaret, Rodolphe Salis et Émile Goudeau ont l’idée de créer un journal, une sorte de bulletin de liaison entre les artistes et leur public. Le premier numéro du Chat noir sort le 14 janvier 1882. Édité tous les samedis, le journal a connu durant son existence, jusqu’en septembre 1897, deux séries et 811 numéros vendus au prix de 15 centimes.


Se composant de 4 feuillets, la gazette reproduit en première page un dessin d’Henri Pille représentant un chat noir entouré, au second plan, de deux moulins.

Les pages du journal accueillent les premières réalisations d’Adolphe Willette, Auguste Viollier, Henri Rivière, ou encore Alexandre Steilen, auteur de la fameuse affiche Tournée du Chat noir, devenue un des symboles de Montmartre comme lieu légendaire du Paris pittoresque et bohème. Les caricatures d’André Gill illustrent les mœurs de l’époque et trouvent leur pendant dans la littérature de la fin du 19e siècle.

Certains articles sont signés de Barbey d’Aurevilly, Victor Hugo, ou Edmond de Goncourt, d’autres portent l’empreinte de l’humour mordant d’Alphonse Allais. Du 51e numéro au 63e, c’est d’ailleurs Guy de Maupassant qui fait office d’administrateur général du journal.

Tiré initialement à 1 000 exemplaires, le journal connaît un succès immédiat. Vendu dans les kiosques de Montmartre et de tout Paris, son tirage passe ensuite à 19 000 exemplaires. Les années 1882 à 1892 ont désormais été mises en ligne sur Gallica et les années 1892 à 1897 sur le portail des bibliothèques spécialisées, librement disponibles à la consultation.

Le Chat noir, à la fois modèle et rival

Le cabaret du Chat noir et son journal ne représente pas un cas isolé. En réunissant création artistique et littéraire, consommation, spectacle et presse, Rodolphe Salis a créé un nouveau modèle de cabaret. Son exemple sera largement imité dans le Montmartre de la fin du 19e siècle. La Taverne du Bagne, ouverte le 6 octobre 1885 à l’angle du boulevard de Clichy et de la rue des Martyrs, constitue un cas particulier en raison de l’engagement politique de son propriétaire. Fondée par Maxime Lisbonne, ancien communard déporté en Nouvelle Calédonie, la Taverne du Bagne était à la fois une manière de dénoncer les conditions de détention des condamnés et un moyen d’aider les anciens bagnards.

Entre Paris et Montmartre, à mi-montée des Martyrs, l’ex-forçat Maxime Lisbonne vient de ressusciter et de résumer le Bagne. C’est une hardiesse et une curiosité uniques dans l’histoire des fantaisies qui ont rendu fameuse la Butte chère aux Parisiens. C’est la Taverne du Bagne.


Maurice Artus,
Essai de bibliographie de la presse montmartroise : journaux et canards, dans Le Vieux Montmartre : bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du XVIIIe arrondissement : revue trimestrielle des travaux de la Société, Paris, N° 49-50, juillet-décembre 1905

Dès le 1er novembre, ce café publie une feuille de 4 pages vendue 10 centimes, La Gazette du Bagne. On ne lui connaît que 5 numéros du 1er au 29 novembre 1885, chacun consacré à un des héros de la Commune ; le cinquième était dédié à Maxime Lisbonne lui-même.

En 1892, de retour à Montmartre, Maxime Lisbonne renouvelle son expérience journalistique en lançant une nouvelle publication, Le Citoyen de Montmartre. Ce journal politique et littéraire paraissant le jeudi et le dimanche, ne connaît guère plus de succès, le dernier numéro édité étant le 9e, en date du 31 juillet 1892.


Le 9 mai 1886, c’est au tour du journal Montmartre illustré de voir le jour. Même si cette publication n’est pas liée à un cabaret, elle est le reflet de l’esprit montmartrois. Dès l’article de présentation, le directeur Charles Duval dévoile le programme de la nouvelle publication : être le journal montmartrois par excellence. Les attaques à l’adresse du Chat noir et de son gérant, sont directes :

Le clan artistique est dans la joie, il jubile, il exulte, il va avoir son journal à lui, son journal de clocher, son journal d’atelier, un journal qui ne sentira pas la chope ni la crotte du Chat Salisien. […] A Montmartre appartient ce jeune canard, nous serons une coterie si on veut appeler de ce nom notre réunion toute artistique, mais cette coterie usera tous ses efforts à soutenir des artistes de la montagne et non à les souler, nous ferons un salon tout spécial pour eux en un mot nous serons à l’atelier, à l’Exposition et non à la brasserie Dietrich.

Maurice Artus, Essai de bibliographie de la presse montmartroise : journaux et canards, dans Le Vieux Montmartre : bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du XVIIIe arrondissement : revue trimestrielle des travaux de la Société, Paris, N° 49-50, juillet-décembre 1905

Malgré le bon accueil que lui assure la presse, seuls 3 numéros sont édités. Quelques jours plus tard, le 30 mai 1886, le journal renait avec une nouvelle rédaction sous le titre Montmartre. A partir du numéro 6, publié le 15 octobre 1886, le titre était modifié ainsi : Mont-Martre artistique, littéraire, illustré. Toutefois, cette publication s’arrête après le 9e numéro, la qualité des dessins et des contributions n’étant pas à la hauteur des attentes.


Le cabaret devient donc le principal lieu de création des artistes et écrivains ; quant à son journal, leur espace d’expression. Si les murs des cabarets s’ornent des toiles de peintres, les pages des gazettes reproduisent dessins, textes et chansons. Cependant, le cabaret est aussi un lieu de rencontre et d’échanges entre les créateurs et leur public dont la promotion est assurée par le journal qu’il finance. A la fin du 19e siècle, Charles Lottin inaugure au 62 boulevard de Clichy le Cabaret de la Butte. Le 30 juin 1892, à l’initiative du gérant, est édité le premier numéro du journal éponyme. La rédaction se situait à l’adresse même du cabaret et le rédacteur en chef était son propriétaire. Sur la première page, à gauche du titre, est représenté le Moulin de la Galette. Un article du 7e numéro raconte l’origine du cabaret et de sa gazette.

L’idée qui a présidé à la création du Cabaret comme à la création du Journal n’est pas une idée banale comme on pourrait croire. Il s’agissait de donner à la jeunesse artistique et littéraire de Montmartre un centre de réunion où elle se sentît chez elle, bien à l’aise, libre de donner toute expansion à sa joie, à ses enthousiasmes […]. Il s’agissait aussi de donner à cette même jeunesse artistique et littéraire un organe qui fût le sien, d’esprit et d’allures indépendantes comme elle, ouvert – ce qui ne se rencontre pas tous les jours – à toutes les intelligences et à toutes les bonnes volontés.

Maurice Artus, Essai de bibliographie de la presse montmartroise : journaux et canards, dans Le Vieux Montmartre : bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du XVIIIe arrondissement : revue trimestrielle des travaux de la Société, Paris, N° 49-50, juillet-décembre 1905

Le même article nous apprend que La Butte a été précédée d’une autre publication, Le Cabaret dont aucun numéro ne nous est parvenu.

Malgré sa qualité et les dessins signés Willette, Roedel, Jossot ou Radiguet, La Butte connaît elle aussi une existence éphémère avec uniquement 16 numéros publiés.


La vache enragée : une manifestation de rue à l’origine d’un journal

En 1885, le cabaret du Chat noir déménage dans un immeuble à trois étages situé au 12 rue Laval. Ce déménagement se déroule en grande pompe sur le refrain de la chanson d’Aristide Bruant :

« Je cherche fortune autour du Chant noir

Au clair de la lune à Montmartre, le soir ! ».

Cette première manifestation organisée par un cabaret montmartrois ne sera pas la dernière. Dans les années 1890, le propriétaire du Moulin Rouge, Joseph Oller et son associé, Charles Zidler, organisent des cavalcades à l’occasion du Carnaval de Paris, dont la presse se fait l’écho. A partir de 1892, le bal des Quat’z’arts, organisé par les étudiants des Beaux-Arts, tient ses premières éditions sur la Butte. Ces sorties, jugées “d’une inadmissible impudeur” par La Ligue de la Défense de la Morale, valent aux organisateurs un procès en 1893 qui sera suivi d’une semaine d’émeutes au Quartier Latin.

En 1895, après une interruption de 25 ans, se déroule de nouveau la promenade du Bœuf Gras, procession organisée à la mi-Carême par les bouchers de Paris. En réponse à cette manifestation opulente, Adolphe Willette et Émile Goudeau, tous deux proches collaborateurs du Chat Noir, ont l’idée de créer leur propre défilé montmartrois. Ainsi, la première promenade de la Vache enragée ou Vachalcade – contraction des mots vache et cavalcade – se déroule le 12 mars 1896. Destinée à créer un fond d’entraide pour les artistes pauvres, elle réunit la bohème montmartroise et les habitants du quartier ayant participé à la préparation des festivités. Au centre du cortège, en opposition au Bœuf Gras, se trouve la vache enragée, symbole de la vie bohème.

Vachalcade 1897. Représentation de Gala pour les artistes pauvres de Montmartre. Affiche de Jules Grün (1-AFF-000251)

Afin d’assurer la promotion de cet événement, une nouvelle publication montmartroise voit le jour le 11 mars 1896, La vache enragée. Le titre de la gazette est, non seulement en étroit lien avec le nom du défilé, mais il rappelle aussi le titre du roman éponyme édité un an plus tôt par Émile Goudeau. Publié la veille de la Vachalcade, le journal réunit 28 pages richement illustrées, contenant les pensées d’Émile Zola, Alphonse Daudet, ou Anatole France sur la vache enragée.

En première page, une lithographie d’Adolphe Willette, La Cigale Captive, incarnation de la vie de l’artiste pauvre, représente une jeune femme nue attachée à la corne d’une vache qui déchire un tableau. Un message adressé aux amateurs de lithographies avertit :

“L’existence de ce journal dépend de vous, lecteurs et lectrices. Pour justifier son titre, il paraîtra au moment des termes, autrement dit, quatre fois par an. Chaque numéro contiendra de belles épreuves lithographiques qui seront d’autant plus belles qu’on aura trois mois pour les exécuter et les tirer proprement. Ce sera un journal cher ! Nous recevons les adhésions et les encouragements afin de bien étudier cette affaire.”

En juin 1897, la seconde édition de la Vachalcade, encore plus ambitieuse que la première, est un véritable échec financier. Le défilé qui compte vingt chars allégoriques s’achève avec le couronnement de la Muse de Montmartre, Marguerite Stumpp, dont le portrait signé d’Adolphe Wilette est reproduit dans le deuxième numéro de La Vache enragée. Ce Carnaval ne sera ensuite plus reconduit.


Bien que la publication de La vache enragée soit reprise de 1917 à 1924, Montmartre n’est plus à cette époque-là le quartier artistique par excellence. À partir des années 1910, une partie des peintres quittent les hauteurs de la butte pour s’installer dans un nouveau lieu d’effervescence et d’éclosion : accueillant des artistes venus du monde entier, Montparnasse devient le nouveau centre de l’avant-garde artistique et littéraire du Paris des années folles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search