Visiter Paris à travers les plans et les guides de la capitale du 18e siècle à nos jours

Comment se repèrent les nouveaux venus – et les autres – dans Paris ? Depuis l’Ancien Régime jusqu’à aujourd’hui, les voyageurs, visiteurs et touristes, de province ou étrangers, sont confrontés à la difficulté de s’orienter dans la capitale. Comment identifier les plus belles places parisiennes, les monuments historiques, les attractions à la mode, ou simplement trouver son chemin et emprunter les nouveaux modes de transport ?

Dessinant les contours mais aussi les usages de la capitale et de l’Île-de-France, guides et plans parisiens constituent l’une des richesses des collections de la Bibliothèque historique. L’exposition est présentée dans les vitrines de l’accueil de la Bibliothèque historique, du mois de mai au mois d’août 2022. Retrouvez ci-dessous les textes des cartels et les photographies des documents exposés dans nos vitrines.


Le guide de Paris, un genre éditorial florissant

A partir du 18e siècle et surtout du 19e siècle, afin de répondre à la demande grandissante du public, les éditeurs commercialisent des plans et guides de plus en plus détaillés, correspondant aux nouveaux usages des voyageurs. Les premiers guides mettent ainsi l’accent sur les aspects pittoresques du Vieux Paris, tout en proposant déjà des itinéraires de promenades et en facilitant la compréhension de l’espace par des tables d’index et des conseils.

Le 18e siècle

Le 18e siècle hérite des deux siècles qui le précèdent d’une tradition de livres-guides qui proposent au voyageur ou à l’étranger de se repérer dans Paris. Toutefois, le genre littéraire du guide bénéficie d’une part de l’essor de la littérature de voyage et d’autre part, d’un nouveau souci de maniabilité. Des systèmes tels que l’insertion d’un plan à déplier en début ou en fin d’ouvrage, la numérotation des plans, les index de rues et de monuments ou tout simplement le recours fréquent à un format de poche contribuent à renouveler la forme du livre.

Trois exemples ont été retenus pour cette période, illustrant la variété des formes que prennent ces guides. Les choix de titres s’attachent soit à des genre connus, comme cette “Étrenne parisienne” ou au caractère pratique du livre (“Itinéraire portatif”). Placée en tête d’ouvrage et colorée, la gravure du Plan topographique et raisonné de Paris, ouvrage utile au citoyen et à l’étranger de 1765 abonde d’informations en légende. La préface de ce volume en donne le ton : « que, sans autre guide, tout homme puisse parcourir la ville, passer d’un quartier à un autre, reconnaître les monuments, se procurer un logement commode et à portée de ses affaires, s’y trouver en un mot en arrivant, comme s’il y avait toujours vécu. » Très précurseur, le guide invite même le voyageur à communiquer tout élément permettant de l’améliorer.

Le 19e siècle

Guides et promenades au début du 19e siècle

Au début du 19e siècle, des formes romancées s’approprient la visite guidée de Paris, le récit étant conduit par la déambulation dans la capitale. Il en est ainsi des Jeunes voyageurs dans Paris, « ouvrage dédié à la jeunesse des deux sexes » par son autrice, une Mme de F… anonyme, publié en 1829. Deux jeunes adolescents, Jules et Caroline, découvrent Paris, quartier par quartier, et s’instruisent sur les mœurs et coutumes des habitants.

Cette même période voit l’afflux de touristes britanniques, intéressés par les curiosités de la capitale française. Le libraire britannique Anthony Galignani, installé rue Vivienne, édite plusieurs guides dont le New Guide of Paris (1830), dans lequel il propose un programme pour visiter tout Paris en une semaine.

L’édition propose également des plans commodes à transporter, telle cette « carte des environs de Paris », comme on nomme alors la région parisienne (1835). Le petit étui montre la vocation pratique du plan, fait pour tenir dans une poche. La boîte est prévue pour que le voyageur y range deux plans découpés et pliés, un pour Paris et l’autre pour la banlieue.

La naissance du guide moderne

À partir des années 1840-1860, le guide touristique devient un genre à succès. Les grandes collections de guides sont créées et connaissent une grande longévité éditoriale. Leurs couvertures distinctives et leur format poche les rendent aisément identifiables pour les voyageurs dans les gares où ils sont couramment vendus.

Ancêtre des guides bleus édités par Hachette, le guide Joanne se décline ainsi en plusieurs collections comme celles des guides-Diamant, dont nous montrons deux exemplaires des années 1890, en français et en anglais. Autre guide célèbre de cette période, le Baedeker est quant à lui reconnaissable à sa couverture de percaline rouge au lettrage doré.

De nouveaux types de guides font également leur apparition comme l’Indicateur instantané (1857), dont le ruban permet de se repérer aisément sur le plan ; ou encore le Plan-Bijou (1900), aux carrés numérotés, donnant des renseignements sur les modes de transport.

Des plans-souvenirs sur foulards

Deux acquisitions récentes de plans du 19e siècle se distinguent par l’originalité de leur support : ils sont imprimés sur des foulards en coton. Ces deux foulards sont issus de manufactures de Rouen, spécialisées à la fin du 19e siècle dans la production de grands mouchoirs imprimés. À cette période, ce type de foulard est confectionné à l’usage des hommes. L’impression du motif est réalisée à l’aide d’un rouleau de cuivre et d’une planche encrés, sur une toile de coton écru.

Le premier foulard, daté des années 1860, est nettement décoratif. La place occupée par les 16 cartouches montrant des monuments parisiens renvoie le plan central au rang d’un motif. Seules quelques grandes artères ont droit à un nom de rue, et il paraît peu probable qu’un touriste ait eu l’idée de s’en servir comme outil d’orientation. La clientèle étrangère anglo-saxonne et allemande est visée comme l’indiquent les légendes trilingues.

Le rouge pompéien est une couleur caractéristique de cette production, qui fleurit dans les décennies suivantes avec les mouchoirs de soldat, dont de nombreux modèles d’instruction militaire pour les conscrits.

Le second foulard est au contraire un plan précis et détaillé, dessiné et gravé par l’atelier Buquet : les explications fournies en font un véritable guide, à porter en accessoire vestimentaire pour visiter les monuments de Paris, sans oublier ses bals et cafés chantants, ou les moyens de transport. On peut le dater approximativement du milieu des années 1870 d’après la légende sous le palais de l’Élysée, qui mentionne son locataire de l’époque : MacMahon, Président de la République de 1873 à 1879.Le foulard comporte en outre sa propre réclame.

Alors que l’édition de guides et plans touristiques de Paris vit une époque très concurrentielle, l’éditeur vante ainsi sa résistance aux temps : « il ne craint ni l’humidité ni la pluie ni le vent, accidents atmosphériques qui nuisent énormément à l’usage en pleine voie publique des plans sur papier ».


Le 20e siècle

Les guides conservés par la Bibliothèque historique pour le 20e siècle s’adressent à des publics  ciblés, notamment les étrangers et les touristes curieux des nombreux loisirs qu’offre la capitale.

Les attractions de Paris sont ainsi un sujet pour les guides particuliers tant la capitale s’est imposée comme une ville de spectacle : music-hall, revues, théâtres et mode…. On trouve également des guides édités par les hôtels comme le Continental, qui en fait cadeau à sa clientèle. De manière plus traditionnelle, l’attrait pour le Paris monumental et le patrimoine reste très marqué, et s’illustre désormais à l’aide de la photographie.

L’internationalisation du tourisme entraîne une édition plus variée de plans et de guides en langue étrangère, allant du petit livret Paris in four days, par un éditeur parisien, au plus volumineux Ward Lock, le “guide rouge” britannique.

Les plans de tourisme, révélateurs de l’évolution des transports

L’avènement d’une “civilisation des loisirs” et le développement des transports urbains amènent de plus larges catégories de la population au tourisme dans la seconde moitié du 19e siècle. Pour cette nouvelle clientèle, on édite des plans et guides maniables et pratiques, qui nécessitent d’être régulièrement mis à jour au gré de l’évolution des moyens de transport. Les plans rendent compte de l’apparition du train, du tramway, du métropolitain, de l’autobus… dont ils font découvrir les lignes et parcours aux visiteurs. Les cartes et plans mettent aussi en avant une certaine manière de faire du tourisme, comme le montre le développement des randonnées cyclistes dont les plans du Touring Club de France font la promotion.

Les nouveaux modes de transport ne facilitent d’ailleurs pas que les parcours des visiteurs étrangers ou de Province mais aussi les déplacements internes à la région parisienne : touristes de passage comme franciliens bénéficient de ces aménagements, qui rendent les nombreux lieux d’intérêt de l’Ile-de-France à la portée du plus grand nombre.

Du train au métro

Les plus anciennes lignes de chemin de fer françaises sont deux lignes franciliennes : Paris-Saint-Germain-en-Laye, inaugurée le 24 août 1837, conçue pour le transport de voyageurs et exploitée avec des locomotives à vapeur, puis Paris-Versailles, mise en service en 1839.

L’arrivée du train suscite l’engouement d’un plus large public pour les lieux d’intérêt de la région parisienne et encourage la production éditoriale de nouveaux guides, comme le Voyage pittoresque de Paris à Versailles des années 1840 qui décrit les abords des deux voies ferroviaires.

Avec l’arrivée du métropolitain à partir de 1900, disposer de petits plans pour connaître les lignes devient une nécessité pour les passagers. La construction rapide de nouvelles lignes oblige les éditeurs à faire figurer les lignes en exploitation et celles alors en projet.

De nombreux éditeurs les commercialisent, mais boutiques et commerces s’en emparent également. Faire imprimer des plans du métro sous leur nom de marque sert la publicité et permet d’indiquer les succursales d’une enseigne directement sur le plan, par exemple ici les magasins des 100 000 chemises.

A bicyclette…

A partir des années 1880-1890, les bicyclettes ressemblent déjà beaucoup à celles d’aujourd’hui et le confort qu’elles apportent aux cyclistes permet d’en faire un moyen d’exploration des chemins dans et surtout au-delà de Paris.

Cette carte vélocipédique de 1880 intitulée Monuments et vues des environs de Paris en est un bel exemple : elle est richement illustrée par des vues perspectives des principaux monuments à visiter, situés au sein d’une région parisienne qui ne se définit pas administrativement et qui comprend notamment l’Oise, une partie de la Normandie ainsi que le Loiret.

Les indications des routes praticables ou non apparaissent quelque peu secondaires par rapport aux images du riche patrimoine de châteaux, d’églises, de ruines… mais aussi d’autres édifices civils dont certains disparus de nos jours, comme l’Ermitage de Jean-Jacques Rousseau à Montmorency. La fonction de la carte est plutôt le repérage des lieux de visite à atteindre en vélo qu’une réelle assistance le long du parcours.

Des cartes plus précises, permettant aux adeptes du deux-roues de prévoir leur itinéraire, sont également réalisées. Dressée par le Touring Club de France, cette autre carte vélocipédique est plus détaillée, notamment dans sa représentation du relief, une donnée non négligeable.

C’est tout un paysage de routes pavées, macadamisées, de chemins de terre ou de sentiers à travers champs qui s’ouvre ainsi aux amateurs de promenades vélocipédiques en Ile-de-France. La qualité des routes “véloçables”, là où nous disons aujourd’hui cyclables, est scrupuleusement indiquée par les différentes couleurs attribuées aux voies. Sont aussi mentionnés des itinéraires à travers champs accessibles en vélo.


Des vues atypiques de la région parisienne

Panorama des environs de Paris. Ce qu’on peut voir de la tour Eiffel, d’où on peut voir la tour Eiffel, 1889.

Cette représentation cartographique originale invite à un autre imaginaire des environs de Paris, centré sur le monument qui deviendra bientôt l’emblème de la capitale.

La montée en haut de la Tour Eiffel invite les visiteurs à porter leur regard sur Paris et au-delà, sur l’Ile-de-France, en situant les points visibles depuis la Tour comme les localités depuis lesquelles la Tour est visible, en dehors de Paris.

Paris et ses environs. Carte des régions isochrones, 1914

Cette carte statistique donne une représentation de la région parisienne basée sur la notion de distance-temps, à partir des gares-terminus des grandes lignes menant à Paris. Cette manière de voir l’espace, devenue courante, est innovante pour son époque : elle permet de se rendre compte de la distance vécue, bien familière des usagers des transports d’aujourd’hui. Déjà en 1914, les communes de la banlieue ne sont ainsi pas toutes aussi proches ou distantes que le nombre de kilomètres qui les séparent de Paris pourraient le laisser penser.



Claire Daniélou

Conservatrice des bibliothèques, responsable du département de l'Iconographie et des Cartes et plans de la BHVP

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Sandrina Henneghien dit :

    Bonjour! Est-ce que le guide datant de 1765 est la toute première parution pour la ville de Paris? D’avance merci et remerciement également pour ce très bon article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search