L’échauguette de l’hôtel Lamoignon

L’échauguette de l’hôtel Lamoignon

Qu’est-ce qu’une échauguette ?

C’est une tourelle d’angle en encorbellement, c’est-à-dire suspendue. Ces petits ouvrages d’architecture ont à l’origine une vocation défensive, et on en trouve plusieurs sur les portes d’enceinte de Paris au 14e siècle, ou sur des bâtiments fortifiés à l’intérieur de la capitale (le Temple, l’hôtel des Tournelles). Ils se répandent dans Paris aux 15e, 16e et 17e siècles à des fins décoratives pour orner certaines maisons d’importance situées à des carrefours.

Charles de Valois, neveu de Diane de France et duc d’Angoulême, propriétaire de l’hôtel de 1619 à sa mort en 1650, fait construire l’aile donnant sur la rue des Francs-Bourgeois. On lui doit cette tourelle qui, sans fonction particulière à l’intérieur, est avant tout destinée à donner de la visibilité extérieure à sa demeure, à la croisée des rues Pavée, Payenne et des Francs-Bourgeois.

Les architectes de l’échauguette pourraient être Martin († 1630) et son fils François († 1632) Boullet, payés en 1624 pour la construction d’un bâtiment neuf dans l’hôtel d’Angoulême1. Martin est connu pour avoir achevé l’escalier en vis commencé par Philibert Delorme au château des Tuileries, et François Boullet pour avoir participé au chantier du pont de Toulouse en 1619 et, ce qui en fait de bons connaisseurs de l’appareillage raffiné nécessaire aux trompes qui portent la construction.

Au 19e siècle, appréciée par le goût romantique, l’échauguette de l’hôtel Lamoignon est perçue comme un emblème du « Vieux Paris » et retient l’attention des artistes, comme Alfred Robida et Martial.

Martial, Rue Pavée, vers 1850, gravure à l’eau-forte ; Alfred Robida, Paris de siècle en siècle, Paris, 1895

Quelques autres types d’échauguettes peuvent se rencontrer dans les rues de Paris :


Référence bibliographique :

Babelon (Jean-Pierre), “Histoire de l’architecture au XVIIe siècle”, École pratique des hautes études. 4e section, Sciences historiques et philologiques. Annuaire 1972-1973, 1973. p. 501-510 [en ligne : www.persee.fr/doc/ephe_0000-0001_1971_num_1_1_5637].

  1. Ce marché est connu par sa mention dans l’inventaire après décès de Charles de Valois, conservé aux Archives nationales, MC\ET\XXVI\15 octobre 1650, cité par Surirey p. 22. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Riquier dit :

    Passionnant. Avez-vous une news lettre? Dans l’affirmative j’aimerais y être inscrite. Merci par avance. Mme Brigitte Riquier

Répondre à Riquier Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search