En quête de Guillaume Apollinaire

Guillaume Apollinaire est une figure majeure des collections littéraires de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Il y est entré grâce à l’achat de sa bibliothèque en 1990, rejointe ensuite par les collections et archives de Pierre-Marcel Adéma et de Michel Décaudin, qui sont en grande partie consacrées au poète. L’ensemble constitué par ces trois fonds est aujourd’hui intégralement décrit dans le Catalogue collectif de France et dans trois inventaires disponibles en ligne sur le Portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris.

Bibliothèque et collection Guillaume Apollinaire

Au moment de sa mort en novembre 1918, Apollinaire réside avec sa femme Jacqueline, épousée six mois plus tôt, dans un appartement situé 202 boulevard Saint-Germain à Paris. Après son décès, Jacqueline (1891-1967) veille jalousement sur la mémoire et l’œuvre du poète et garde l’appartement et son contenu intacts sa vie durant. Après sa disparition, Gilbert Boudar, neveu et héritier de “la jolie rousse”, disperse progressivement une grande partie des collections de l’appartement – tableaux, statuettes, objets -, manuscrits et correspondances. Il publie en 1983, avec la collaboration de Michel Décaudin, aux éditions du CNRS, un Catalogue de la bibliothèque de Guillaume Apollinaire destiné à garder la trace du contenu et de l’organisation de celle-ci avant sa dispersion ou son départ pour l’étranger. Le catalogue des revues conservées par Apollinaire est publié quelques années plus tard, en 1987.

Envoi de Max Jacob à “son cher Wihlelm” (sic), 1912. En bas à droite, ex-libris de Guillaume Apollinaire.

Alertée par Michel Décaudin et Hélène Seckel, conservatrice au musée Picasso, la Ville de Paris acquiert en 1990 pour la Bibliothèque historique l’ensemble des livres et des revues, ainsi que les meubles dans lesquels ils étaient installés et quelques objets qui les accompagnaient, pour 4 millions de francs. L’année suivante, la Bibliothèque historique célèbre cet enrichissement exceptionnel par une exposition, Apollinaire : ses livres, ses amis, qui se tient dans les murs de l’hôtel Lamoignon du 21 juin au 5 octobre 1991, et dont le catalogue numérisé est disponible en ligne.

Le signalement des livres dans le catalogue général des bibliothèques spécialisées, resté en attente depuis l’acquisition, est fait entre 2009 et 2012. Il permet de découvrir les 3 258 livres imprimés qui composent cette bibliothèque, ainsi que les 410 titres de journaux ou revues. Les livres que possédait Apollinaire s’y révèlent de la plus grande variété, remontant pour certains au 16e siècle, bien que la seconde moitié du 19e siècle et les premières années du 20e prédominent. Les ouvrages en français, majoritaires, y côtoient des  livres en latin, en anglais, en italien ou en allemand. La bibliothèque comprend aussi bien des exemplaires exceptionnels, comme un exemplaire sur japon de l’unique recueil de poèmes de Maurice Maeterlinck, Serres chaudes, illustré à chaque page d’aquarelles de Marie Laurencin à l’époque de sa liaison avec le poète, en 1913, que des éditions populaires comme les 30 volumes de Fantômas. Les ouvrages d’auteurs contemporains d’Apollinaire – André Gide, Jules Romains, Paul Eluard, Blaise Cendrars, Max Jacob, etc. – sont présents en nombre, souvent en édition originale ou avec envois, et parfois non coupés par leur destinataire… On y trouve également les premiers livres de Marinetti et des futuristes italiens, comme ceux de Kandinsky, en réponse à la défense active par Apollinaire de l’art moderne et des avant-gardes. Les fascicules de revues témoignent également du rayonnement international d’Apollinaire, dont atteste la présence de revues allemandes, anglaises, italiennes, espagnoles, tchèques…

Photographie d’Apollinaire au Palais de justice

Plus récemment, un inventaire complet des pièces autres que les livres et les périodiques qui faisaient partie de cette acquisition est entrepris et achevé en 2019. Il permet de retrouver groupés selon un classement structuré des épreuves d’imprimerie, divers minces documents jalonnant la biographie du poète, les plaquettes servant de catalogues aux galeries, françaises et étrangères, exposant les peintres contemporains, ainsi que des notes autographes d’Apollinaire et quelques lettres à lui adressées.

Des souvenirs personnels, tels que des images de première communion de ses condisciples au collège Saint-Charles de Monaco, du papier à cigarettes ou encore quelques fleurs séchées, sont désormais mieux préservés, sans que soit perdue la mention des ouvrages dans lesquels ils pouvaient être égarés. Retrouvé dans un des meubles, un ensemble de reproductions photographiques de peintures et de sculptures d’artistes contemporains d’Apollinaire, en tirages d’époque, qui ont pour la plupart pu être identifiées, certaines ayant servi pour leur publication dans Les soirées de Paris, mérite attention.

Tous les objets acquis en 1990 qui ornaient les rayonnages de l’appartement y sont intégralement inventoriés. Ils se découvrent en situation, photographiés dans l’appartement par Patrick Zachmann, dans le petit ouvrage publié à l’occasion de l’acquisition, Apollinaire chez lui. Bien que les tableaux et autres œuvres d’art aient été vendus séparément et continuent pour certains à alimenter le marché de l’art, une petite toile de Serge Férat, une statuette du Sépik (Papouasie Nouvelle Guinée) et 3 poupées de jeu de massacre, bien reconnaissables sur les vues de l’appartement, sont ainsi entrées dans les collections de la BHVP.

Les autres objets, verrerie diverse, objets de poche, de bureau ou de fumeur, constituent autant de traces émouvantes de la vie quotidienne du poète. La pièce maîtresse de cet ensemble demeure le casque d’artilleur d’Apollinaire, troué par l’éclat d’obus qui le blessa le 17 mars 1916, complété par sa malle militaire, divers képis et objets de Poilu assortis de quelques trophées. Des meubles de bureau – bibliothèques, tables, chaises, etc. – ont accompagné jusqu’à l’hôtel Lamoignon les livres et les objets qu’ils abritaient dans les diverses petites pièces mansardées de son appartement au sixième étage du 202 boulevard Saint-Germain.


Le même inventaire recense les enrichissements postérieurs de la Bibliothèque historique concernant Apollinaire, au fur et à mesure de leurs acquisitions. Certains sont de même provenance, comme les 45 lettres autographes de Jean Cocteau à Apollinaire, entre 1916 et 1918, mises en vente par Gilbert Boudar en 1993. On y découvre également 2 dessins en couleurs réalisés par Apollinaire en 1916, acquis en 1992 par la bibliothèque auprès des héritiers d’André Rouveyre, proche ami d’Apollinaire pour lequel la BHVP conserve également un fonds d’archives.

Fonds Pierre-Marcel Adéma

L’acquisition prestigieuse de la bibliothèque d’Apollinaire et l’exposition qui l’a suivie ne pouvaient que permettre à la BHVP de tisser des liens avec les collectionneurs et les spécialistes d’Apollinaire, parmi lesquels Pierre-Marcel Adéma a occupé la première place durant toute la seconde moitié du 20e siècle.

Marcel Pierre Adéma (1912-2000) se passionne dès son adolescence pour Apollinaire, qu’il découvre enfant par le biais de l’amitié qui lie sa tante maternelle et son oncle à la mère du poète et à son frère Albert. Il débute ses recherches personnelles sur la vie d’Apollinaire et de son entourage dès le milieu des années 1930. Il se sent investi d’une mission, « selon le souhait d’André Salmon : « l’étude attendue, nécessaire, le pieux exercice d’un jeune homme nourri de son exemple et qui ne l’aurait pas connu » », écrit-il en 1943 sous le pseudonyme de Pierre Milocq (du nom de sa mère) dans le catalogue Présence d’Apollinaire. Tout en poursuivant une activité professionnelle dans le négoce en gros de pommes de terre, il entreprend de rencontrer tous les proches d’Apollinaire encore vivants et recueille auprès d’eux de précieux témoignages, mais aussi des documents qui forment le noyau de sa collection personnelle.  Le 9 février 1943, Marie Dormoy écrit à Adéma : « Léautaud a faim. Il voudrait des pommes de terre : 100 kg. Il faudrait les lui porter ou les lui faire porter chez lui (…) ». Paul Léautaud trouve les pommes de terre excellentes et en redemande… Ainsi nait une relation amicale suivie d’une correspondance riche de renseignements fournis par celui à qui Apollinaire devait son introduction au Mercure de France.

Adéma poursuit cette quête durant plus de soixante ans, à la fois collectionneur et biographe, ou éditeur d’Apollinaire, bien que sans attache universitaire. Il est le premier à se consacrer à cette tâche sans l’avoir connu de son vivant, se différenciant ainsi des proches et contemporains d’Apollinaire qui relatent leurs souvenirs et perpétuent sa mémoire. Avant de publier en 1952 la première biographie d’Apollinaire, Guillaume Apollinaire le mal-aimé, il rassemble témoignages et souvenirs des contemporains d’Apollinaire dans un numéro spécial de la revue Rimes et raisons en 1946. Il fonde ensuite une revue entièrement consacrée à Apollinaire, Le Flâneur des deux rives, qui connait 8 numéros très riches d’inédits en 1954-1955. Ses connaissances comme sa collection s’avèrent incontournables lors de la première publication d’œuvres d’Apollinaire dans la bibliothèque de la Pléiade, qu’il effectue en tandem avec Michel Décaudin (Œuvres poétiques en 1956) et on lui doit l’Album Apollinaire en 1971, en majeure partie nourrie par l’iconographie en sa possession.

Retiré en Bretagne lors de l’achat de la bibliothèque d’Apollinaire en 1990, son rapprochement avec la BHVP se fait rapidement et se manifeste d’abord par des prêts à l’exposition de 1991. Le projet d’une donation de sa collection, estimée à 2,5 millions de francs, émerge de ces échanges pour aboutir en 1997 sous la forme d’une donation avec réserve d’usufruit, acceptée par délibération du Conseil de Paris du 17 novembre 1997. Suite au décès d’Adéma en 2000 et de sa veuve en 2004, le transfert progressif de la collection à la BHVP est achevé en 2005.

La collection d’Adéma comprend d’une part la plupart des éditions originales des œuvres publiées d’Apollinaire, souvent avec envois, ainsi que l’ensemble des éditions postérieures et études sur Apollinaire et son entourage publiées au cours du 20e siècle, souvent annotés par lui, formant un ensemble de 774 ouvrages. 113 titres de journaux et revues français et étrangers les complètent, parfois comprenant des textes d’Apollinaire en édition pré-originale.  

Achevé en 2022, l’inventaire des manuscrits et archives du fonds Adéma recense tous les autres documents, qu’il s’agisse de pièces de collection – manuscrits autographes, correspondances, dessins, photographies, etc. – et des dossiers de documentation, de coupures de presse et de notes prises par Pierre-Marcel Adéma).

Louise de Coligny-Chatillon dans son avion 

Les relations du biographe avec les proches d’Apollinaire lui ont permis d’acquérir des ensembles de documents exceptionnels, comme par exemple les correspondances que le poète a adressées aux  femmes qui ont traversé ou partagé sa vie : 31 lettres à Georgette Catelain, 8 lettres à Marie Laurencin, 6 lettres à Madeleine Pagès…


Francis Picabia, Gabrielle Buffet et Guillaume Apollinaire à Magic City. Carte postale adressée à Serge Jastrebzoff (Serge Férat)

L’amitié d’Adéma avec Serge Férat perdure jusqu’à la mort du peintre en 1958. Intime d’Apollinaire qui lui avait choisi son nom, Férat mécène l’aventure des Soirées de Paris, le soutient à l’hôpital italien après sa trépanation, dessine les costumes et costumes des Mamelles de Tiresias. Les documents que Férat cède à Adéma, comme les 19 lettres d’Apollinaire, ses dessins pour les Mamelles et certaines photographies, sont parmi les plus belles pièces de la collection. Grâce à lui et à Hélène d’Oettingen, Adéma recueille les archives administratives de la revue Les soirées de Paris, comprenant des registres et bulletins d’adhésion de toute l’avant-garde internationale d’avant-guerre.

Plusieurs ensembles de documents recueillis par Adéma forment quasiment des sous-fonds à l’intérieur de ses archives, en particulier ceux provenant du journaliste Gaston Picard (1892-1962) et de l’écrivain et critique d’art André Salmon (1881-1969), sous-fonds dont l’intégrité a été reconstituée. De Picard, qui avait créé le Bulletin des écrivains de 1914-1918, il reçoit, outre quelques manuscrits documents personnels, la correspondance que lui avaient adressée plus de 80 personnalités durant la Grande Guerre. La correspondance adressée à André Salmon par près de 150 personnalités du monde des lettres et des arts des années 1910 et 1920 constitue un autre joyau de la collection Adéma.

Certains documents lui parviennent par rebond, comme le précieux cahier dans lequel le Douanier Rousseau avait collé des articles d’Apollinaire, donné à Adéma en 1950 par Sonia Delaunay, dont le mari Robert avait été le plus proche ami et défenseur du peintre.

Fonds Michel Décaudin

L’universitaire Michel Décaudin (1919-2004) consacre la majeure partie de ses travaux à Apollinaire. Agrégé de lettres, il enseigne successivement aux universités de Lille, de Toulouse, et de Paris (Paris X-Nanterre et Sorbonne Nouvelle). On lui doit en particulier, seul ou en collaboration, l’édition dans la bibliothèque de la Pléiade des œuvres complètes du poète, auquel il consacre également plusieurs ouvrages et de nombreux articles, communications dans des colloques et conférences. Il ne néglige pas cependant de s’intéresser à d’autres poètes, qu’il s’agisse de poètes symbolistes, ou encore de Jean Cocteau, qu’il publie dans la Pléiade, de Blaise Cendrars ou de Max Jacob.

Sa proximité avec Pierre-Marcel Adéma est attestée par leur correspondance suivie sur près d’un demi-siècle et conservée dans leurs fonds respectifs : 77 lettres de Décaudin à Adéma dans le fonds Adéma et 98 lettres d’Adéma à Décaudin dans le fonds Décaudin. Leurs dialogue et partage d’informations constants trouvent leur aboutissement dans le rapprochement de leurs bibliothèques et archives au sein de la Bibliothèque historique, à qui la famille de Michel Décaudin fait don de sa bibliothèque et de ses archives, selon son souhait, au lendemain de son décès en 2004.

Près de 1 000 ouvrages de sa bibliothèque de travail et 250 titres de revues sont décrits dans le catalogue général en ligne, tandis que l’inventaire de ses archives, après un long travail de classement, est publié en 2021 et consultable en ligne.

En cela complémentaires des deux fonds précédents, les archives Décaudin sont constituées essentiellement de sa documentation et de ses notes de travail, comprenant peu de pièces de collection, que l’on peut citer : un billet d’Apollinaire à Pierre Albert-Birot concernant Les mamelles de Tirésias (1917) et un mystérieux manuscrit attribuable à Apollinaire, Le petit tailleur, un prospectus d’annonce de la conférence Les poètes d’aujourd’hui (1909), des bulletins de souscription pour Le rêve et l’idée (1894), L’enchanteur pourrissant (1909), Calligrammes (1918), ainsi quequelques revues et programmes  anciens. S’y trouvent également la partition manuscrite de la musique composée par Henri Desfossé pour l’opéra-bouffe Casanova en 1918, et une carte postale autographe adressée par Herwarth Walden à Apollinaire de Budapest en 1913, donnée par Jacqueline Apollinaire.

Comme Adéma mais quelques années après lui, Décaudin s’est attaché à entrer en contact avec les contemporains d’Apollinaire encore vivants dans la seconde moitié du 20e siècle et a correspondu avec eux. Ses archives contiennent ainsi des lettres autographes de Jacqueline Apollinaire (41  lettres), Pierre Albert-Birot (1 lettre), André Billy (19 lettres), Jeanne-Yves Blanc (13 lettres), Léon Bocquet (2 lettres), Sonia Delaunay (2 lettres), Louis Durey (2 lettres), Louis de Gonzague Frick (3 lettres), Irène Lagut (5 lettres), Jules Romains (1 lettre), André Salmon (2 lettres).

Ses dossiers sont représentatifs des méthodes de travail des chercheurs du 20e siècle, d’avant Internet et les bibliothèques numériques. On y réalise combien les photocopies de journaux, les tirages de microfilms de manuscrits, les photographies de documents divers, aujourd’hui disponibles en quelques clics, nécessitaient une quête ardue et coûteuse, ainsi que de nombreux échanges épistolaires avec ses pairs ou des institutions en France comme à l’étranger. La coupure de presse, du compte rendu critique à la simple nécrologie, devenait une source qui pouvait s’avérer irremplaçable. Fait plus rare parmi les chercheurs, Michel Décaudin est pendant plusieurs décennies abonné à l’Argus de la presse, qui lui fournit les articles découpés dès que le nom d’Apollinaire ou le sien y sont cités. Dans l’inventaire, tous les documents de cette nature sont regroupés sont sous les appellations génériques « documentation », « correspondance » et « coupures de presse », sans descriptif détaillé.  S’y ajoutent les notes de lecture ou de travail manuscrites de Michel Décaudin.

Plus encore que la richesse et l’abondance des informations exégétiques et biographiques réunies par le chercheur, l’originalité du fonds réside dans l’intérêt assidu de Michel Décaudin pour la postérité et l’actualité d’Apollinaire dans le monde entier. Toutes les représentations de spectacles adaptées d’Apollinaire ou le concernant dont il peut avoir connaissance sont documentées. Il piste avec délectation toute mention ou trace d’Apollinaire et de son œuvre, sans hiérarchie, de la plus savante à la plus triviale. La longévité de la carrière de chercheur de Michel Décaudin permet de suivre l’évolution des connaissances sur le poète au cours du 20e siècle. Par exemple, les diverses hypothèses émises dans les années 1950 et 1960 sur les origines familiales d’Apollinaire sont très bien représentées, en particulier celles du poète polonais Anatol Stern, qui fit d’Apollinaire l’arrière-petit-fils de Napoléon, avec un grand retentissement dans la presse de l’époque.

Comme pour le fonds Adéma, le défi de l’inventaire du fonds a été de transformer une organisation documentaire personnelle, conçue par et pour un seul chercheur, en une structure compréhensible par un plus large auditoire, l’ouvrant également pour d’autres centres d’intérêt qu’Apollinaire lui-même. C’est ce que permettent les parties de l’inventaire consacrées aux « personnalités liées », qui donnent accès aux dossiers concernant à la fois les proches d’Apollinaire, ses contemporains ou d’autres personnalités qu’il a pu influencer ou qui ont pu se réclamer de lui. Ainsi 401 personnalités connexes font l’objet d’entrées dans l’inventaire Adéma, et 336 dans l’inventaire Décaudin. Dans ce dernier, on peut trouver quelques pépites : un ensemble de 5 documents d’époque autour du poète libertaire Paul Napoléon Roinard, une correspondance d’André Billy à son ami Léon Deffoux, échelonnée entre 1915 et 1943 ; une partition autographe de Robert Caby ; 162 lettres du critique d’art Henry Certigny à Michel Décaudin.

Ce compagnonnage d’une vie avec l’auteur d’Alcools incite également les « Amis d’Apollinaire », outre leur activité associative et commémorative, à Stavelot en Belgique comme en France, à tourner en dérision ce qui pourrait chez eux s’apparenter à de l’idolâtrie. Michel Décaudin, régent au Collège de Pataphysique, participe à la publication, à très petit tirage et réservée à quelques amis, de plusieurs collections d’opuscules, comme par exemple Tu causes trop whisky (1977), qui trouvent leur place dans les archives d’Adéma et de Décaudin, en lointain écho à L’Almanach du père Ubu présent dans la bibliothèque d’Apollinaire.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22 septembre 2022

    […] année Picasso venait se recueillir sur la tombe d’Apollinaire » (par Gérard Goutierre) (2) L’article de Emmanuelle Toulet sur le site de la BHVP (3) Voir « Frivole et insaisissable, Lou écrit à son Gui chéri » (par Gérard […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search