André Vigneau : un artiste “touche-à-tout”

Le fonds André Vigneau est un trésor protéiforme : il représente 54 dossiers d’archives (Ms-2930 à Ms-2984), près de 5000 tirages photographiques, rarement signés, 389 diapositives, complétés par près de 2700 négatifs numérisés et 32 documents imprimés. Les photographies représentent plusieurs vues de Paris, certes, mais reflètent surtout le travail d’un artiste-photographe du début du 20 siècle.

Ce fonds est donné en 1984 à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris par le couple Maxime Serruys, héritiers d’André Vigneau du côté de son épouse Yvonne, décédée cette année-là, et Rose Nadau, sa nièce. Une exposition et un catalogue voient le jour deux ans plus tard et permettent, aujourd’hui encore, de documenter sa vie et son œuvre. Le versement des négatifs numérisés dans notre catalogue a permis, récemment, de remettre en valeur le travail de ce caméléon.

Autoportrait d’André Vigneau vers 1930 (Bibliothèque historique, NN-004-2166)

De photographe à cinéaste : une carrière éclectique

Né en 1892 à Bordeaux, André Vigneau fait des études à l’école des Beaux-Arts de sa ville natale. Réformé des suites d’un accident militaire en 1917, il vit et peint à Lausanne. Il y retrouve Emmanuel Sougez (1889-1972) ancien élève des Beaux-Arts, photographe professionnel à partir de 1919. En 1920, installé à Paris, Vigneau expose ses tableaux.

En 1924, il devient directeur artistique pour l’établissement Siégel qui fabrique des mannequins de cire pour la Haute-Couture et les vitrines de magasins. Ses créations remportent un grand succès. Il se fait remarquer à l’Exposition des arts décoratifs et industriels modernes en 1925, ce qui lui vaut de passer aux actualités Pathé. Durant cette période, l’entreprise commande des mises en scène de ses mannequins à des photographes professionnels sous la houlette, sans doute, de son directeur artistique.

En 1929, c’est la bascule : Vigneau monte un studio de photographie pour Lecram-Press et expose dès l’année suivante ses photographies à la galerie du « Portique », boulevard Raspail. Des peintres, comme Maurice Brianchon (1899-1979) (NN-004-1461), membre du comité du Salon d’Automne, ou la galeriste Marcelle Berr de Turique (1894-1991) (NN-004-2273), sont ainsi présents dans le fonds.

En 1932, il devient le gérant de la société publicitaire photographique et cinématographique Caméra-films (NN-004-0937, ci-contre) et commence l’Encyclopédie photographique de l’Art pour les éditions Tel. En 1937, dans le cadre de l’Exposition universelle, il organise la rétrospective de Pasteur au palais de la Découverte et se lie d’amitié avec le peintre cartonnier Jean Lurçat (1892-1966) avec qui il entreprend même un voyage en U.R.S.S. Mais Vigneau n’est jamais « seulement » photographe. En 1939, il participe à une nouvelle Exposition internationale à New-York en tant que concepteur d’une fresque lumineuse dans le pavillon français.

Devenu expert en matière de cinéma auprès du gouvernement égyptien, il dirige les studios d’État Misr durant toute la Seconde Guerre mondiale. Côté privé, il ne cesse pourtant de photographier : sa femme Yvonne, sa belle-fille Dominique, ses amis, des souvenirs de travail sur les studios de cinéma ou ses excursions en Afrique du Nord.

Dominique en Egypte, vers 1940 (Bibliothèque historique, 4C-EPF-007-1248)
Portrait d’Yvonne en vacances, entre 1935 et 1940 (Bibliothèque historique, 4C-EPF-007-2238-(02) )
Portrait d’Yvonne entre 1935 et 1940 (Bibliothèque historique, 4C-EPF_007_2245)

En 1948, de retour à Paris, il est nommé directeur artistique de la télévision française et y croise, par exemple, Claude Lelouch (1937-….). Une fois retiré, il ne cesse de photographier et expose à la galerie Bellechasse à Paris. En 1965, reconnaissance suprême, il participe à une exposition collective au musée Réattu d’Arles, aux côtés de ses confrères Henri Cartier-Bresson (1908-2004) et de son « élève » Robert Doisneau (1912-1994). Bien après ses années de formation, « les plus enrichissantes de [sa] vie », Doisneau avoue dans le catalogue de 1986 qu’il ne manquait pas d’aller saluer régulièrement son « patron (…) au visage de prince hindou » dans sa maison familiale de Dordogne. Il répondra aussi présent le jour du vernissage de l’exposition posthume à la Bibliothèque historique.

La richesse de ce fonds reflète la richesse d’un homme aux multiples talents, à la fois sculpteur, peintre, musicien, photographe et cinéaste dont l’activité a occupé plusieurs décennies du 20e siècle. Chaque pratique s’inspirera de l’autre.

Vigneau derrière l’objectif

La quantité de négatifs, essentiellement liés à son travail de photographe publicitaire ou pour les éditions Tel, nous dévoile les coulisses de son métier. On observe ce qui va disparaître ensuite au tirage : l’assistant, en plein cadre, qui tient le projecteur (NN-004-1786), un fil tendu (NN-004-0673), une main (NN-004-2295) ou une paroi transparente.

Skieur en studio, 1935 (Bibliothèque historique, NN-004-1786)

Avant les logiciels informatiques, cette paroi permet de faire apparaître le nom du produit promu (NN-004-1469) et la gouache blanche d’escamoter les éléments disgracieux (NN-004-1801). Hors du studio, on note l’utilisation de bandes collantes sur le mur (NN-004-0224), des pinces à linge (NN-004-0086) et toujours du papier blanc (NN-004-0085, ci-contre) retenu derrière l’objet révélé. Parmi les tirages, il y a des montages réalisés sur l’image (4C-EPF-007-0594) et même des croquis ou des commentaires après des essais au dos de certains tirages.

Il collabore souvent avec les mêmes modèles, dont on retrouve parfois les visages anonymes au fil des séries (NN-004-1338, NN-004-1717, NN-004-1449). Sa première femme, Renée, à la beauté diaphane, pose également pour plusieurs projets publicitaires. On reconnait aussi certains espaces du studio réutilisés pour différentes campagnes : un escalier (NN-004-2455, NN-004-2465) ou une chaise (NN-004-1664, NN-004-1508, NN-004-1558, NN-004-1595).

Portrait de Renée Albisser, 1925 (Bibliothèque historique, NN-004-2569)

Par l’amoncellement des produits, la photographie publicitaire vise évidemment à illustrer l’abondance et la variété de l’offre ; Vigneau la pratique ainsi (NN-004-1888) mais avec l’expérience du peintre-sculpteur. Il reprend à son compte l’affirmation de la photographe Laure Albin-Guillot (1879-1962), dans son ouvrage théorique Photographie publicitaire de 1933 : « Tout objet à photographier possède une valeur en puissance. C’est cette valeur qu’il va s’agir de dégager en faisant appel à un facteur primordial : l’éclairage ». Le travail de Vigneau sur les tissus Rodier (NN-004-2232), pour la gazette Dunlop (4C-EPF-007-0696) ou, en plan rapproché, son traitement de la lumière sur les pates Bozon-Verduraz (NN-004-1453) en sont un exemple. Il maîtrise le clair-obscur, sur les objets (NN-004-2485) comme sur les visages (NN-004-2488).

Abstraction (Bibliothèque historique, NN-004-2485)
Portrait de Mme Despujoles (Bibliothèque historique, NN-004-2488)

Un photographe moderne

À cette période, la photographie prend progressivement le pas sur le dessin publicitaire; Vigneau intègre ses photographies à des affiches, sorte de photocollages, comme pour Dunlop. Dans certains cas, par exemple pour les magasins A. Tunmer, on peut comparer l’avant-projet (NN-004-1647) à sa réalisation (NN-004-0476). Une autre fois, les négatifs associés à leurs tirages permettent de constater les différentes options choisies par le photographe avant l’élaboration d’une affiche, ici avec l’illustrateur Jean Carlu (1900-1997) « Pour le désarmement des nations » en 1932 (ci-contre). Ces épreuves ont été exposées en 2018 au Centre Pompidou dans le cadre d’un panorama de la photographie sociale et documentaire en France pendant l’entre-deux guerre intitulé « Photographie, arme de classe ».

La série de tirages réalisés lors de son voyage aux États-Unis révèle une fascination pour la modernité, les lignes claires et géométriques ; le mouvement de la Nouvelle Vision (1920-1940), comptant notamment François Kollar (1904-1979) ou Pierre Boucher (1908-2000), l’aurait-il influencé ? Plusieurs indices permettent d’étayer cette hypothèse. Selon l’historien de la photographie, Christian Bouqueret, « c’est bien par la demande publicitaire que la Nouvelle Photographie s’impose dès 1929 »1. L’un des tenants de la Nouvelle Photographie, Kollar, entre ainsi comme chef de studio chez l’imprimeur Draeger en 1928 puis s’installe à son compte dès 1930 comme photographe publicitaire, « assignant un but artistique à la réclame »2. Or, cette même année, Vigneau participe avec Kollar à l’Exposition internationale de photographie de Munich : on y trouve aussi E. Sougez, Florence Henri (1893-1982), Germaine Krull (1897-1985), Nora Dumas (1890-1979) ou Ergy Landau (1896-1967) 3 . Autre sensibilité proche de celle de Vigneau, René Zuber (1902-1979) travaillait au sein du service photographique de la revue l’Illustration, fondé en 1926 par Sougez. Ce dernier a été à l’origine d’une association « le Rectangle », créée avec René Servant (1883-1947) et Pierre Adam (1894-19..), qui organise des expositions de jeunes photographes publicitaires entre 1936 et 1938. Si Vigneau semble moins impliqué, Doisneau témoigne de la curiosité artistique et professionnelle de son maitre : « L’atelier était souvent encombré de visiteurs dont l’acharnement à bousculer les valeurs établies faisait une musique bien plaisante à entendre ». Tout sa vie, Vigneau théorise sur la photographie et se passionne aussi pour la reproduction d’œuvres d’art.

Washington Bridge, 1939 (Bibliothèque historique, 1-EPR-00502)

Comme Kollar, Zuber ou Man Ray (1890-1976), photographe de mode fasciné par les avant-gardes européennes, Vigneau s’essaie aux photogrammes. Il partage avec Man Ray deux modèles : Jacqueline Goddard, (NN-004-1539) et ce qui semble être Ann Goodmann (NN-004-1543). Ils pratiquent tous deux la solarisation : Vigneau avec un Portrait d’Yvonne Serruys-Vigneau ou pour Deberny & Peignot. Preuve d’un intérêt mutuel, une photographie d’un mannequin Siégel de la main du photographe américain est conservée dans le fonds Vigneau. Son négatif est au Centre Pompidou.

Portrait d’Yvonne Serruys-Vigneau, 1930 (Bibliothèque historique, 4-EPR-01392)
Jacqueline Goddard, 1933 (Bibliothèque historique, NN-004-1537)

On peut encore se permettre des parallèles éloquents avec l’œuvre de Paul Outerbridge Jr (1896-1959), directeur de l’édition parisienne du magazine Vogue dans les années 1920 : son Ide Collar de 1922 semble un pendant, plan rapproché, cadrage serré, des chaussures Perugia de Vigneau, image parue dans Le Professionnel photographe de Kodak en novembre-décembre 1929. Les tirages d’André Kertész (1894-1985), photographe important du Paris de l’entre-deux guerre, ou ceux d’Ilse Bing (1899-1998), répondent aussi aux essais visuels de Vigneau, leur contemporain. Le travail publicitaire de la pionnière Laure Albin-Guillot, enfin, son traitement des mains notamment, pourrait l’avoir influencé (NN-004-2612). La campagne de cette dernière pour les gants de chez Alexandrine, en 1935, (collection Roger-Viollet) renvoie évidemment à celle de Vigneau pour la même maison, deux ans plus tard (NN-004-2159).

Rose Nadau (1910-2007), nièce et assistante d’A. Vigneau, à qui l’on doit une partie de ce don, a immortalisé le photographe au soir de sa vie. Le Centre Pompidou et la Bibliothèque historique conservent aujourd’hui ce portrait. En 1986, dans le catalogue de l’exposition rétrospective, Nadau reconnaissait l’influence de son oncle pour une génération de photographes : « combien de plus jeunes ont ressenti, dans leur vie personnelle ou dans leur carrière, l’influence bénéfique de leurs contacts » avec lui. En lui donnant le mot de la fin, nous ne pouvons ici que lui renouveler, ainsi qu’aux ayants-droits, nos vifs remerciements pour ce don, d’une portée esthétique et historique à découvrir et à partager.

Portrait de Vigneau par Rose Nadau (Bibliothèque historique, 4-EPR-01392)

Bibliographie

  • Pierre Jahan, André Vigneau : l’essor de la photographie dans l’entre-deux guerres, exposition présentée à la Bibliothèque historique dans le cadre du Mois de la Photo en 1986 (catalogue d’exposition numérisé)
  • Paris 1950 photographié par le groupe des XV, exposition présentée à la Bibliothèque historique en 1982 (catalogue d’exposition numérisé)
  1. Christian Bouqueret, René Zuber, La nouvelle objectivité, Paris, Marval, 2003, p.15 []
  2. P. Roegiers, François Kollar, Paris, Philippe Sers,1989, p. 10 []
  3. P. Roegiers, François Kollar, Paris, Philippe Sers,1989, p.207 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search