Diane et Charles d’Angoulême, premiers bâtisseurs de l’hôtel

Le pavillon d’Angoulême a été spécialement conçu lors de l’aménagement de la Bibliothèque historique dans les années 1960 pour honorer deux des premiers bâtisseurs de l’hôtel particulier : Diane de France (1538-1619) et son neveu Charles (1573-1650), dont les statues funéraires y sont exposées. Vous pouvez le découvrir dans notre visite virtuelle.

Ces statues furent réalisées pour la chapelle funéraire de la famille d’Angoulême dans l’ancienne église du couvent des Minimes, située autrefois au nord de la place des Vosges. Cette église fit partie des biens nationaux vendus puis détruits à la Révolution.

L’église des Minimes, estampe de Jean Marot, 17e siècle, Ville de Paris/Bibliothèque historique, 1-EST-00817.

Les statues furent heureusement préservées de la destruction par Alexandre Lenoir (1761-1839), père de la sauvegarde du patrimoine culturel en France, qui les exposa dans son Musée des monuments français (1795-1816). Elles passèrent en 1818 à la basilique de Saint-Denis à côté des autres grands tombeaux des Valois. Elles sont aujourd’hui propriétés respectives des musées du Louvre et de Versailles qui les ont confiées en dépôt à la Ville de Paris. Le vitrail moderne rappelle celui de la chapelle des Minimes, connu par un dessin du 17e siècle. Il porte les armoiries de Diane (France, Angoulême et Montmorency), couronnées de l’invocation en hébreu du nom de Dieu.

Statue de Diane de France à Saint-Denis, photographie de René-Jacques, années 1950, Ville de Paris/Bibliothèque historique.

Diane de France, duchesse de Castro, puis comtesse de Montmorency et duchesse d’Angoulême (1538-1619)

Portrait de Diane de France, dessin, vers 1570, BnF

Aînée des enfants d’Henri II qui la légitima, Diane est la fille d’une jeune italienne qu’il séduisit à la cour de Milan, Filippa Ducci. Née en Italie, elle arrive en France en 1541 et passe ses premières années en Touraine avant de rejoindre la cour en 1543. On lui fit épouser successivement, en 1553, Horace Farnèse, duc de Castro1, qui meurt la même année au combat à la bataille d’Hesdin, et en 1557 François, le fils aîné du connétable de Montmorency.

Après son deuxième veuvage, elle se fit construire cet hôtel dans un quartier alors en plein développement aux limites de Paris. Son choix fut peut-être influencé par celui de sa jeune sœur, la reine Marguerite, qui avait acheté deux ans auparavant l’hôtel de Birague tout voisin, rue Saint-Antoine, à deux parcelles de là2. Elle ressemblait, dit Brantôme dans ses Dames  galantes, à son père Henri II “tant pour les traits du visage que pour les mœurs et actions, et toutes autres sortes d’exercices qu’il aimait, fût-ce des armes, de la chasse et des chevaux”.

Elle semble aussi avoir été administratrice avisée, et aux temps troubles de la Ligue, s’efforça d’œuvrer au rapprochement d’Henri III et du futur Henri IV. Elle intercéda également auprès d’Henri IV lors d’un des embastillements de son neveu Charles d’Angoulême.


Sa statue, exemple maîtrisé de la sculpture française du temps de Louis XIII, fut commandée en 1621 après sa mort par son neveu Charles au sculpteur du roi Thomas Boudin.

Elle est montrée en prière revêtue du grand manteau ducal, la tête un peu tournée vers l’autel principal de l’église, disposition créée par Germain Pilon au grand tombeau du chancelier de Birague (Musée du Louvre). Son prie-Dieu surmonté de la couronne du duché d’Angoulême n’est pas celui d’origine, s’il faut en croire le témoignage de François de Guilhermy dans sa Monographie de l’église royale de Saint-Denis : tombeaux et figures historiques (Paris, 1848).

Ce type funéraire en prière apparu en France au cours du 16e siècle avec les grands tombeaux royaux de Saint-Denis, fut le plus répandu au 17e siècle, et Thomas Boudin le reprit pour une autre sculpture dans la même église des Minimes, celle de Madeleine Marchand, épouse du président Le Jay (Musée du Louvre).

Charles de France, comte d’Auvergne, puis duc d’Angoulême (1573-1650)

Portrait de Charles de Valois, BnF

Curieuse personnalité et existence mouvementée que celle de Charles d’Angoulême, fils illégitime du roi Charles IX et de Marie Touchet. Un historien du 18e siècle, Bellier-Duchesnay, le juge ainsi : « L’intrigue était pour lui une passion… D’ailleurs aimable, spirituel, brave et plein d’intelligence, l’abus du talent chez lui n’en devenait que plus dangereux ». Il est dépeint d’abord comme un jeune prince agité, fauteur de troubles dans le quartier : “pour les excès et ravages qu’y commettaient ses gens et lui, les bourgeois dudit quartier se voulurent cottizer et lui faire la somme de cinq cens escus pour en sortir”, dit le mémorialiste L’Estoile, qui le cite aussi par contraste comme un des danseurs réguliers des ballets de la cour d’Henri III et Henri IV.

Il prend part aux combats de la Ligue, puis rallie Henri IV, mais se laisse entraîner par la marquise de Verneuil sa demi-sœur à conspirer à plusieurs reprises contre le roi, ce qui lui vaut deux emprisonnements successifs à la Bastille. La clémence de Henri IV l’en avait fait sortir une première fois en 1602, mais il resta enfermé ensuite de 1604 à 1616 et reprit alors son rang à la cour. Il joua les ambassadeurs à deux reprises, auprès de la reine Élisabeth en Angleterre, et auprès de l’empereur Ferdinand II en 1620 et prit part à plusieurs campagnes sous Louis XIII.

Il est aussi connu comme lettré et collectionneur éclairé. A la mort de sa tante Diane en 1619, il fut fait duc d’Angoulême et devint propriétaire de l’hôtel. Un goût fin et discret apparaît dans l’architecture de l’aile latérale qu’il fit bâtir sur la rue des Francs-Bourgeois. Il sut agrémenter ses dernières années par un remariage à 70 ans avec une deuxième épouse de 22 ans qui lui survécut jusqu’à la fin du règne de Louis XIV.


Son tombeau, dont il ne reste plus que la statue, fut commandé par sa veuve au sculpteur Pierre II Biard et rejoignit celui de sa tante à l’église des Minimes en 1661. L’œuvre ne possède pas la qualité d’exécution de la statue de sa tante et vaut surtout pour sa représentation.

Sans surprise, c’est l’homme d’armes, le fils et pair de France qui est mis ici en valeur : en armure, ceint des colliers des ordres du Saint-Esprit et de Saint-Michel, bâton de commandement à la main. La pose semi-allongée qui le montre appuyé sur un affût de canon rappelle celle pratiquée plus d’un siècle auparavant pour l’amiral Chabot, autre militaire intrigant, à l’église voisine des Célestins (aujourd’hui au Louvre). L’imposant décor monumental de marbre noir, qui surélevait la sculpture par rapport au visiteur, a disparu et modifie beaucoup aujourd’hui notre perception de l’œuvre.

Témoignages sur les statues dans les descriptions anciennes de Paris

Pour Piganiol de la Force, ce sont “deux superbes tombeaux”. Dans sa Description de Paris (1742), il les décrit soigneusement, fournit une notice biographique sur chacun des deux et transcrit intégralement l’épitaphe du tombeau de Diane3 comme celui du tombeau de Charles (Ibid., p. 336-340, à lire sur Gallica.)).

Au début du 19e siècle, un jugement plus sévère est rendu par Bins de Saint-Victor, qui considère au contraire que le tombeau de Diane relève de la “très mauvaise sculpture”, tandis qu’il qualifie celle de Charles de “sculpture barbare”4.

Bibliographie

Coural (Jean ), “Une œuvre inédite de Pierre II Biard : Le tombeau de Charles de Valois, Duc d’Angoulême”, Revue de l’Art, 1968 1-2, p. 94-95. Édition du marché de commande de la statue.

Seguy (Henri), “Les statues de Diane de France et de Charles de Valois dans le pavillon d’Angoulême”, Bulletin de la société des amis de la Bibliothèques historique de la Ville de Paris, n° 2, 1975. (Coquille sur la date de la statue de Charles de Valois).

Bresc-Bautier (Geneviève), “Thomas Boudin (vers 1570-1637) sculpteur du Roi”, La Revue du Louvre, 1979, p. 79-99.

Pébay-Clottes (Isabelle) et Troquet (Claude), Diane de France et l’hôtel d’Angoulême en 1619, Paris, 1995. Édition du marché de commande de la statue de Diane, p. 227-230.

Bresc-Bautier (Geneviève), “Tombeaux factices de l’abbatiale de Saint-Denis ou l’art d’accommoder les restes”, Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1980-1981, p. 125.

Gaborit (Jean-René), dir., Bresc-Bautier (Geneviève), et al. Musée du Louvre, Département des sculptures du Moyen âge, de la Renaissance et des temps modernes. Sculpture française. II, Renaissance et temps modernes, Paris, 1998, t. II, vol. 2, p. 737.

Troquet (Claude), Diane, bâtarde du roi, princesse de la Renaissance, préface de Bernard Barbiche, Éditions LULU.com, 2013.

Institut national d’histoire de l’art (France) / Musée du Louvre (Paris), “Le sarcophage du cénotaphe fait pour le tombeau au Musée des monuments français”, notice du programme Le musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir, histoire et collections, portail AGORHA, en ligne : https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/003135548.

  1. Taddeo Zuccari représenta, plusieurs années plus tard, ce mariage qui eut lieu à Paris dans une fresque du grand salon de la Villa Farnèse de Caprarola. On note qu’il y réplique le portrait d’Henri II par François Clouet. []
  2. Journal de Pierre de L’Estoile, édit. Michaud, t. I, p. 148. []
  3. Piganiol de la Force, Description de Paris, Paris, 3e éd., 1742, tome IV, p. 334-336, à lire sur Gallica. []
  4. Bins de Saint-Victor, Tableau historique et pittoresque de Paris, 1809, tome II, p. 683, à lire sur Gallica. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search