Le gardien, l’urbaniste et le concepteur. Fonds d’architectes contemporains dans les collections de la Bibliothèque historique

3 noms, 3 orientations, un siècle.

C’est tout au long du 20e siècle que les architectes Charles Halley (1884-1972), Claude Charpentier (1909-1995) et Henri Bénard (1920-2005) ont œuvré et laissé chacun à sa façon un témoignage des nombreux aspects de leur métier. L’ensemble de leurs archives contribue à dresser aussi un portrait de l’évolution urbaine de Paris et de l’éclectisme architectural d’Ile-de-France.

La Bibliothèque historique est heureuse de mettre à la disposition de ses lecteurs et chercheurs ces trois fonds constitués de plusieurs milliers de documents variés (plans, correspondances, revues de presse, photographies, dossiers de travaux, comptabilité…).

Charles Halley (1884-1972)

Charles Halley, architecte en chef des monuments historiques, a voué sa carrière entre 1923 et 1953 à leur protection en supervisant les travaux portant sur de nombreux édifices à Paris, en Ile-de-France et en province.

A Paris, on citera les Hôtels de Lauzun et de Sully, les églises Saint-Nicolas du Chardonnet et Saint-Gervais, des immeubles civils comme la caserne du 49 rue de Babylone, ou encore plusieurs bâtiments de la place de la Concorde endommagés par faits de guerre lors de la libération de la ville. En Ile-de-France, c’est le cimetière de Thiais à l’architecture caractéristique des années 1920 qui bénéficia de son travail de concepteur et surtout du suivi des chantiers de nombreux intervenants.

Charles Halley. Exposition coloniale internationale de 1931. Palais des Beaux Arts, BHVP, G 883-4
Charles Halley, Plan de la caserne de Babylone, 49 rue de Babylone, 1933, BHVP, 8-PLA-2029-(RES)

En province, son concours porta à Lyon sur l’Hôtel-Dieu, l’Hôtel de Gadagne, la Loge du Change, et en Isère sur le monastère de la Grande Chartreuse, mais aussi sur quelques châteaux privés comme ceux de Vizile ou de Sassenage.

Lien vers l’inventaire du fonds d’archives : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMNOV-751045102-TDN
Lien vers les plans numérisés : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/permalink/P-3a99d929-44bb-4c2c-9bc9-38ba5efa61cc?listMode=list

Claude Charpentier (1909-1995)

Claude Charpentier, exemple de panorama des rives de la Seine, du Pont de Solférino au Pont-Royal, BHVP, 1-PLA-0395-(RES)

Claude Charpentier est célèbre pour son action de protection et sauvegarde du site de Montmartre où son souci de retour à l’état ancien de la Butte et son opposition aux promoteurs lui valurent le surnom de « Dictateur » de Montmartre ! Cet architecte-urbaniste, à la fois conservateur et innovant, se consacra aussi à la protection des rives de la Seine et à la réhabilitation de l’îlot III, entre la rue Galande et le quai de Montebello, à celle du secteur des Halles, en particulier autour des rues Saint-Martin et Quincampoix. On remarquera en particulier ses propositions pour le remplacement des Halles de Baltard.              

Parmi ses réhabilitations les plus célèbres, on peut citer la Cité internationale des Arts, le Bateau-Lavoir, la Halle Saint-Pierre, le Moulin de la Galette, et ce qui devint le musée de Montmartre en 1961, dont il assura longtemps le rôle de conservateur.                                      

À l’extérieur de Paris, c’est surtout le département de l’Oise qui profita de son engagement lors de la reconstruction d’après-guerre.                                                                                     

Durant sa longue carrière il croisa nombre de personnalités dont témoignent ses archives. Entre autres président du Vieux Montmartre, secrétaire général de l’Académie des architectes, Claude Charpentier a été aussi très actif dans le monde associatif lié à son métier.

Claude Charpentier lors de présentation de la maquette de Montmartre, photographie de 1955 ou 1956 issue du fonds Charpentier
Lien vers l’inventaire : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMNOV-751045102-POW

Henri Bénard (1920-2005)

Dessinateur, ingénieur-conseil, puis architecte, Henri Bénard collabore à de nombreux projets architecturaux depuis les années 40, dont ceux de l’architecte Lucien Cuvillier (1893-1965) dont il reprend le bureau en 1962. Son activité indépendante se prolonge alors jusqu’en 1992. Tout comme Lucien Cuvillier, il se spécialise dans l’architecture industrielle dont témoignent ses principales réalisations en Ile-de-France telles l’usine Auteroche à Levallois-Perret, ou la Boulangerie de Bavière à Colombes ou, pour Lucien Cuvillier, la société des téléphones Grammont à Malakoff.

Levallois-Perret : plan de plusieurs propriétés, levé et dressé par P. Godet, géomètre-expert à Saint-Denis,
BHVP, 2-PLA-2400-(RES)

Notons que quelques projets des deux architectes ont souvent été liés à la famille « de Gramont » : le « Belvédère » à Mortefontaine, l’usine OPL à Châteaudun labellisée « Architecture contemporaine remarquable », ou encore l’Hôtel du Duc de Guiche à Paris. On trouve aussi dans ce fonds quelques réalisations d’architectes avec qui ou pour qui Henri Bénard a travaillé, souvent dans l’Yonne, son département d’origine, comme Maurice Bosquet, Pierre Guittard ou Robert Mazoyer.

Lien vers l’inventaire : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMNOV-751045102-KGI

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
alainduffrechou (16 novembre 2023). Le gardien, l’urbaniste et le concepteur. Fonds d’architectes contemporains dans les collections de la Bibliothèque historique. L'échauguette. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxg4


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search