Manuscrits et archives

Dès ses premières années, la Bibliothèque historique acquiert, par achats et par dons, des documents manuscrits ayant trait à l’histoire de Paris et de la région parisienne, avec plusieurs objectifs : récolter des sources primaires devant servir de matériaux aux historiens ; rassembler des études historiques et de la documentation ; conserver tout écrit témoignant de la vie dans la ville sous tous ses aspects. Une nouvelle orientation s’est ajoutée peu à peu, avec l’acquisition croissante de fonds littéraires.


Collecter l’histoire de Paris

Dès leur entrée, les manuscrits acquis sont insérés dans une classification de douze parties divisées en 160 sections ou “séries” mise au point par Jules Cousin1. D’envergure encyclopédique, elle couvre la géographie, puis tous les domaines de l’activité humaine, considérés par rapport à Paris. A l’ “Histoire physique et naturelle” de Paris, succède l’Histoire générale où sont classés les documents se rapportant principalement à l’histoire politique. Elle se clôt par une section très largement abondée au fil du temps, “N° 30. les Parisiens”, à l’angle biographique et personnel, dans laquelle seront rangés jusqu’en 2009 la plupart des fonds d’archives de particuliers donnés à la bibliothèque. Puis suivent des parties thématiques : topographie, architecture, religions, lettres, arts, mœurs, administration, commerce, santé, justice etc., et une dernière partie Environs de Paris. Les inventaires décrivant ce Fonds général font ainsi apparaître des regroupements thématiques des pièces d’archives collectées2.

Sources et matériaux pour l’histoire de Paris

Journaux et mémoires de Parisiens, récits de voyages à Paris

La bibliothèque conserve un certain nombre de témoignages directs sur la vie à Paris : journaux, ou mémoires rétrospectifs, plus ou moins intimes, écrits par des Parisiens, mais aussi des récits de voyages à Paris montrant à l’inverse la capitale vue d’un œil extérieur. La vie à Paris aux 17e et 18e siècles est aussi décrite de façon anonyme mais précieuse dans deux genres d’écrits particulièrement bien représentés dans les collections : les nouvelles à main, journaux clandestins manuscrits livrant des nouvelles politiques et culturelles, et les recueils de chansons satiriques3.

Correspondances et autographes

Les correspondances conservées sont également nombreuses, et d’époques diverses. Elles ne sont pas regroupées, mais classées là encore à la série thématique correspondant au plus près du sujet dominant qui y est abordé. Les lettres isolées ont pendant un temps été regroupées dans la collection dite des Autographes (10 300 pièces) : les gens de lettres, de spectacles et les artistes y sont nombreux, à côté de commerçants, d’hommes politiques, de militaires, ou d’employés inconnus, au hasard de l’ordre alphabétique des noms d’expéditeur4.

Comptes et factures de Parisiens, particuliers ou professionnels

D’apparence austère, les documents comptables sont riches d’enseignements sur la vie quotidienne : quittances, factures reçues par de simples bourgeois (une Parisienne anonyme des années 1780, la famille Aubry-Vitet (1900-1904), ou des registres tenus par les intendants de riches grands seigneurs (le marquis de Marigny, les banquiers Crozat, le duc d’Orléans au 18e siècle5, ou encore des entrepreneurs et des marchands, les libraires Desaint  en 1773-1777,  le marchand de vin Beuvart en 1797,  les cristalliers Pochet-Desroches (1750-1900), pour n’en citer que quelques-uns.

Le prix des denrées et des travaux de construction, l’entretien des bâtiments, les salaires et le train d’une maison, les biens à la mode, tout cela transparaît dans les documents comptables.

Pièces notariales

Les pièces notariales des 16e-18e siècles, qu’on pourrait croire réservées au dépôt du Minutier central des notaires de Paris aux Archives nationales, sont très nombreuses dans les collections du département. À côté de l’acte conservé par le notaire, subsistait l’acte – souvent plus lisible – délivré aux parties concernées : contrat de bail, de vente, d’apprentissage, de mariage, inventaire après décès, constitution ou transport de rente.  Éparpillés dans les séries thématiques, ils documentent des Parisiens, ou des bâtiments publics ou particuliers de Paris. Citons par exemple l’inventaire d’un marchand fripier en 1754, des architectes Siméon Lambert en 1695 et Jean Beausire en 1717, du marchand de bois Robillard, du marquis de Rambouillet en 1652, de la veuve Lagesse en 1804, de la veuve du médecin Boulland en 1776…

Archives d’associations

Il est également arrivé que la bibliothèque acquière les papiers d’une association. Le lien avec Paris est parfois très net, comme pour le Comité des inscriptions parisiennes (1879-1918), mais il peut aussi s’agir d’associations professionnelles, comme la Société académique d’écriture qui regroupe les maîtres d’écriture au 18e siècle, d’associations charitables comme la Société de la charité maternelle (1788-1950), ou culturelles comme la Société libre des beaux-arts (1830-1885)6.

Fragments d’archives publiques issus de particuliers

Si les archives publiques sont collectées par les Archives départementales de Paris, il arrive que des documents ayant trait à leur charge publique soient conservés par des particuliers, et rejoignent plus tard les collections. On peut citer ainsi les papiers de l’architecte Charles Norry (1756-1832), membre du Conseil des bâtiments civils, rendant compte des travaux effectués à l’Arc de triomphe ou à la Bourse, les papiers de Henry Havard (1838-1921), inspecteur des Beaux-arts7. Mais l’exemple de ce genre le plus important conservé à la Bibliothèque historique est sans nul doute l’ensemble des papiers de Théodore Vacquer (1824-1899), premier archéologue de la capitale, qui furent acquis par la Ville à sa mort : ils forment en fait les premières archives du Service d’archéologie de la Ville de Paris, qui ne fut officiellement constitué qu’à la fin du 19e siècle.

Documents d’histoire politique

La bibliothèque s’attacha à rassembler des pièces documentant la vie politique à Paris, notamment celle des périodes les plus troublées de la fin de l’Ancien régime et du 19e siècle : Révolution française, 1830, 1848, 1870-1871. C’est à ce titre que parmi les innombrables documents récoltés, rapports , formulaires, cartes de membres, bons, procès-verbaux, lettres, on trouve les papiers du révolutionnaire Camille Desmoulins (1760-1794), ou des républicains Philippe Buchez, Ledru-Rollin, Cabet et Raspail, ou de Félix Pyat, membre de la Commune de Paris.

Cas à part, rescapés des troubles politiques des années 1870, les procès-verbaux des séances de la Commune de Paris (2-MS-RES-1 à 89), tenus de mars à mai 1871, furent sauvés avant l’incendie de l’Hôtel de ville par Gustave Mayer, le syndic du Conseil municipal, qui les offrit en 1894 à la bibliothèque. Ils sont le témoignage sûr et direct de l’activité et des débats de ce gouvernement révolutionnaire.

Archives d’historiens et de collectionneurs

Sous l’impulsion première de Marcel Poëte (1866-1950), directeur de la bibliothèque à partir de de 1903, la bibliothèque entreprit de collecter largement les papiers d’historiens de la ville.

Un bon nombre d’entre eux, érudits locaux, traitèrent quasiment exclusivement d’histoire de Paris :  Charles Sellier, Paul Jarry, Émile Hochereau, Aimé Grimault, Édouard Fournier, Jean de La Monneraye, directeur de la Bibliothèque historique de 1942 à 1953 et historien de Montmartre, souvent membres de la Commission du Vieux Paris. Mais la bibliothèque recueillit aussi ceux de Georges Renard (1847-1930), historien du travail, de Poëte lui-même, les archives de la Société d’histoire de la Révolution de 1848, ceux de Guillaume Bertier de Sauvigny (1912-2004),  et  des papiers d’historiens ayant peu publié comme Louis Fiaux (1847-1936), historien des mœurs, ou le dix-huitiémiste Jean Stern (1875-1962).

Affiche de l’exposition “Moi-Paris”, Centenaire de la mort de Michelet à la Bibliothèque historique, 1975.

Les papiers Michelet

Au début des années 1940, le Musée Carnavalet versa l’ensemble des papiers de l’historien Michelet qu’il avait reçus depuis 1901 : le legs des manuscrits d’œuvres publiées fait par la veuve de Michelet, et le don en 1912 des journaux, notes et correspondances recueillis par Gabriel Monod auprès du neveu de Mme Michelet. Ils rejoignaient la correspondance d’Alfred Dumesnil et d’Eugène Noël adressée à Michelet, entrée en 1932 avant même l’arrivée du volumineux fonds Dumesnil, gendre de Michelet, en 1948.

Le fonds s’enrichit encore en 1958 avec les lettres de Michelet au secrétaire de Lamartine Charles Alexandre, en 1975 avec la correspondance Athénaïs Michelet – Paul Meurice donnée par Mme Langlois-Berthelot, puis dans les années 1990 par des achats de lettres récoltées auprès de Louis Le Guillou, qui édita la correspondance.

Des achats réguliers continuent d’enrichir le fonds8.

La collection Nadar sur l’aérostation et les voyages dans les airs

Inclassable comme son propriétaire, la collection que le photographe Nadar rassembla sur l’histoire de l’aérostation et des voyages dans les airs, fut achetée par la Ville de Paris en 1908. En plus de la bibliothèque qu’il avait constituée sur le sujet, les papiers documentent la Société pour le développement de la navigation aérienne qu’il avait fondée, et renferment la volumineuse correspondance qu’il avait reçue sur le sujet9.

Les papiers du baron Pichon

C’est probablement dans les années 1920 par l’entremise de son exécuteur testamentaire Georges Vicaire qu’entra un fonds très lié encore à l’histoire ainsi qu’au monde des lettres et des arts, celui du baron Jérôme Pichon (1812-1896), grand collectionneur et bibliophile, ancien propriétaire de l’hôtel Lauzun. En dehors de sa documentation préparant ses études d’érudition et ses rééditions de textes anciens, l’ensemble donne accès à son énorme correspondance avec gens de lettres, collectionneurs, marchands d’art et libraires de la deuxième moitié du 19e siècle.


Accueillir les papiers d’écrivains et gens de lettres

La bibliothèque s’est dès les dernières décennies du 19e siècle attachée à réunir des ensembles de manuscrits littéraires, dans un premier temps essentiellement lorsqu’ils présentaient une coloration historique ou parisienne : les supposés mémoires de Madame d’Épinay acquis en 1885, en 1890 la correspondance passionnée reçue par Eugène Sue lors de la publication des Mystères de Paris (CP 3935), la correspondance Boileau-Brossette en 1892, la Correspondance littéraire de Grimm avant 1893, les lots de correspondance de Voltaire acquis de 1892 à 1895 et les archives de l’édition de ses œuvres complètes en 1891.

Autour du milieu du 20e siècle, certains fonds considérables entrent à la bibliothèque par le biais des musées de la Ville : les manuscrits de Flaubert légués par sa nièce à la Ville de Paris sont versés au début des années 1940 par le Musée Carnavalet ; c’est là également qu’avait commencé en 1925 la donation Aurore Sand qui fut poursuivie par le don et l’acquisition des papiers de George Sand pour la bibliothèque en 1953. En 1947, le Musée Galliera déposa son fonds Anatole France.

Mais l’impulsion décisive fut donnée sous la direction de Jean Dérens (1985-2008) qui mit en œuvre les achats majeurs de la bibliothèque d’Apollinaire en 1990 et de la bibliothèque et des papiers de Jean Cocteau (1996-2006), ouvrant ainsi les collections à la littérature du vingtième siècle. Sont ainsi entrés :

Jules Claretie, carte postale, 1894, BHVP, Fonds Dreyfus, CPA-0404-(006).

Ces ensembles attirèrent à leur suite ceux des spécialistes ou collectionneurs notoires de la littérature française moderne que furent Claude Pichois (1925-2004), Pierre-Marcel Adéma (1912-2000), et Michel Décaudin (1919-2004).

Quelques archives d’artistes

La bibliothèque n’a pas cherché particulièrement à collecter des archives d’artistes, mais elle est riche en pièces isolées d’artistes ou documentant les institutions culturelles de la capitale. Parmi les papiers individuels, on peut noter ceux du peintre Louis-Pierre Rigal (1888-1955) et du photographe André Vigneau (1892-1968), ainsi que les lettres du peintre Adrien Dauzats (1804-1868). Les archives de l’inspecteur général des Beaux-arts Henry Havard (1938-1921) sont certainement riches en informations sur les artistes qu’il allait visiter pour décider de commandes publiques (CP 4017-CP 4035), ainsi que sur les Expositions universelles.


Un fonds d’archives féministes : le fonds Marie-Louise Bouglé

En 1946 un fonds important fit son entrée à la bibliothèque, celui d’archives féministes rassemblées patiemment par Marie-Louise Bouglé (1883-1936) auprès d’une trentaine de militants et d’associations féministes des années 1880-1940. En plus de la bibliothèque consacrée aux femmes, il comporte de nombreuses correspondances, des dossiers documentaires, et des publications d’associations et de congrès.


Le département aujourd’hui

La bibliothèque s’attache aujourd’hui à produire les inventaires correspondants, lorsqu’ils n’existent pas encore, et à numériser certains ensembles pour les mettre en ligne.

Elle achète régulièrement des pièces complétant des fonds existants (Desmoulins, Sand, Cocteau, Michelet, Dreyfus…), ou concernant l’histoire de Paris, comme le récit du voyage d’un habitant du Hainaut à Paris en 1759, ou des lettres relatant des expériences aérostatiques à Meudon et Paris en 1783.

  1. Pendant quelques décennies, les manuscrits ont été mêlés aux livres imprimés, et les plus anciens portent encore sur leur garde une cote d’imprimé. Marcel Poëte à partir des années 1900 les fait extraire, et recrée une classification Cousin propre aux manuscrits et archives. []
  2. Le Fonds général – I couvre l’historiographie et la bibliographie, la géographie et l’histoire jusqu’au règne de Louis XV ; le Fonds général – II l’histoire jusqu’à 1944 ; le Fonds général – III couvrant la série des Parisiens est constitué d’une suite de sous-fonds individuels ; le Fonds général – IV de Topographie parisienne regroupe les documents portant sur l’urbanisme ou des bâtiments parisiens ; le Fonds général – V achève la série Monuments et architecture, couvre l’Histoire religieuse, et le début des séries Histoire des lettres, sciences et arts à Paris. La fin des séries Cousin est regroupée dans un inventaire dit des Cotes provisoires (CP) qui n’est pas encore publié. []
  3. Ce sont dans les séries d’histoire politique (Fonds général – I) qu’elles ont été le plus souvent classées, ainsi que dans les séries littéraires. []
  4. Décrite dans deux inventaires : Autographes – I, et Autographes – II. []
  5. CP 4523-4583. []
  6. MS 3761 à MS 3989. []
  7. CP 4017 à 4035 []
  8. En dehors du catalogue de l’exposition Moi-Paris de 1975 organisée par la Bibliothèque historique, une présentation claire et synthétique du complexe fonds Michelet a été rédigée par Eric Fauquet “De l’utilité de la connaissance de l’histoire du fonds Michelet pour sa consultation”, p. 67-75 du catalogue de l’exposition Constitution d’un patrimoine parisien: la Bibliothèque historique depuis l’incendie de 1871. []
  9. Pour une vue d’ensemble de la collection Nadar, voir J. Jestaz, “Soutenir l’aérostation pour mieux la tuer. La collection Nadar conservée à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et au musée Carnavalet”, In situ, n° 35, 2018. []

Juliette Jestaz

Conservatrice des manuscrits, livres rares et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Référente d'histoire de Paris pour la bibliothèque

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search