Un mystérieux coffret parmi les acquisitions 2022

La Bibliothèque historique de la Ville de Paris a fait l’acquisition en 2022 d’un coffret peint daté du 18e siècle.

Face avant du coffret

Aucun coffre de ce genre n’était conservé par la BHVP : il ne vient donc pas, contrairement à la plupart des acquisitions effectuées cette année, compléter un ensemble existant. La raison de son achat se trouve à l’intérieur du coffret : il est tapissé d’affiches de théâtre, elles aussi datées du 18e siècle.

Un objet “banal” du 18e siècle ?

On ne connaît pas les conditions de fabrication du coffret, ni le nom de ses premiers propriétaires. Toutefois l’observation du coffret en lui-même révèle quelques indices. Sur l’extérieur, il est peint sur trois côtés : les faces non visibles (dessous et arrière) sont laissées au naturel. En réalité, le bois n’est pas peint directement : l’extérieur du coffre, tout comme son intérieur donc, est tapissé d’affiches, ainsi que de bandes d’un tissu rayé rose. C’est le papier qui est peint et qui se décolle aujourd’hui par endroits.

Le remploi d’affiches de spectacles rend l’objet intéressant et rend a minima compte de la facilité de se procurer ce type d’affiches comme déchets de papier auprès d’un imprimeur, probablement rochelais d’après les mentions imprimées. Ces imprimés très courants sont devenus rares : on ne trouve que quelques dizaines d’affiches de théâtre du 18e siècle dans les collections du musée Carnavalet, et encore moins parmi les affiches de la BHVP… Pourtant, leur deuxième vie en tant que couverture intérieure d’un coffret montre leur place dans le vécu quotidien de l’époque.

Céphise ou l’erreur de l’esprit…, affiche de théâtre de 1788, Paris (BHVP, 4-AFF-001416).

Le motif est purement décoratif, constitué de formes géométriques (lignes d’encadrement et carreaux) et d’un ornement floral avec notamment des fleurs-de-lys de part et d’autre de la serrure. Ce décor aux belles couleurs montre qu’à défaut d’être luxueux, c’est un objet soigné, qui atteste d’un souci de distinction, et peut-être des choix personnels de son acquéreur. Une autre marque d’usage est évidemment la serrure. La clef n’a pas été conservée. De part et d’autre du verrou et sur le couvercle, la présence de traces de cire semble indiquer que le coffret a pu être scellé lors d’un voyage, pour protéger son contenu.

Serrure et marques de cire

Quelques éléments ont été ajoutés a posteriori : les lacets intérieurs, des punaises et des clous, le feutre sur le contour, traces de tentatives de remédier à l’usure.

S’il apparaît comme un objet soigné, il ne s’agit toutefois pas d’une œuvre d’art, contrairement aux boîtes, cassettes et coffres de provenance européenne que l’on peut trouver par une simple recherche sur les bases des musées français. Celui-ci n’est pas signé par son fabricant, et on ne garde pas de trace du nom de son propriétaire. Si ce type de coffrets peut se trouver chez des vendeurs spécialisés, peu sont répertoriés dans des collections publiques. Il s’agit le plus souvent d’objets plus précieux que ce coffret, soit en raison de la richesse des matériaux et des techniques employés soit du fait du prestige des anciens détenteurs.

On fait l’hypothèse que c’est la banalité de cet objet dans son contexte de production d’origine qui le rend relativement rare aujourd’hui. Les autres boîtes de dimensions équivalentes et moins richement décorées fréquemment conservées sont celles avec une finalité précise, voire professionnelle : objets liturgiques, coffrets de pharmaciens1 ou encore boîtes de chirurgiens.

La différence de qualité des objets n’empêche toutefois pas les comparaisons : par exemple, cette cassette des collections du Louvre, en dépôt au Musée de Compiègne, bien plus complexe et de facture plus riche (couvert de cuir et doré), daté des années 1700-1715, a une serrure au système très similaire, qui permet peut-être de dire qu’il s’agissait d’un “modèle” courant de cette période. Autre exemple, cette malle de voyage du musée de Compiègne porte le même genre de marque de cire.

Cassette, début 18e siècle (Musée du Louvre)
Malle de voyage, fin 18e siècle (Musée de Compiègne)

On peut également le rapprocher d’un coffret plus modeste, conservé au musée Bonaparte d’Auxonne, en Bourgogne, mais dont la fabrication diffère puisqu’il est recouvert de gravures peintes.

Toutefois aucune de ces boîtes ne partage la particularité d’être tapissée d’affiches de théâtre, ce qui singularise notre objet.

Un peu d’histoire du théâtre

Il est incertain, mais pas impossible, d’attribuer ce coffret à un comédien ou une comédienne : c’est une proposition de la notice du catalogue du libraire2. En tout état de cause, l’habillage intérieur est riche de renseignements sur le monde du spectacle de la fin du 18e siècle.

Intérieur du coffret, détail

Deux affiches composent l’habillage, mais seule l’une d’entre elles est véritablement exploitable, l’autre étant trop dissimulée par la première. Le contenu du coffret est donc l’annonce d’une représentation “Par permission de Monseigneur le Baron de Montmorency, lieutenant général des Armées du roi, commandant en chef dans les Provinces d’Aunis et de Saintonge et de messieurs les magistrats de cette ville”, ladite ville étant La Rochelle, d’après l’adresse donnée rue des fonderies – chez un dénommé Demarets. La tenue du spectacle est alors soumise à l’autorisation d’un représentant de l’Etat royal en la personne du Baron de Montmorency, commandant en chef dans les Provinces d’Aunis et de Saintonge. A la date de la représentation annoncée, 8 février 1776, ce dernier est pourtant décédé, sans que l’on ait pu retrouver le nom de son successeur…

Intérieur du coffret

La troupe qui se produit est celle des comédiens français. Elle doit donner à La Rochelle plusieurs pièces, dont Le Barbier de Séville de Beaumarchais, créé à la Comédie française le 23 février 1775. La pièce est un immense succès, d’où sa reprise en tournée en province très rapidement. D’autres pièces sont mentionnées sur l’affiche : La Brouette du vinaigrier de Louis-Sébastien Mercier, drame en 3 actes, présenté pour la première fois en Allemagne en 1774 ; Le Célibataire de Claude-Joseph Dorat, comédie en 5 actes, jouée pour la première fois à la Comédie française le 20 septembre 1775. Les nouveautés de la scène ne mettent que quelques mois à parvenir au public rochelais. Pourtant le lieu de représentation (“salle des spectacles, rue des fonderies”) cité sur l’affiche ne correspond pas une salle connue : le Théâtre de La Rochelle était situé rue Chef de Ville3.

On joue aussi des classiques comme le Mithridate de Racine. L’acteur Rosimond qui interprète le rôle titre porte le même nom qu’un célèbre comédien du 17e siècle, un des premiers sociétaires de la Comédie Française. Néanmoins, il s’agit du nom de scène de Jean-Nicolas Prévost, connu comme chef de troupe et acteur itinérant sur lequel peu de renseignements sont disponibles.

Une autre pièce citée, intitulée Les deux jardiniers, est plus difficile à identifier : le texte n’en a pas été édité. On peut présumer, à l’aide de la base César, qu’il s’agit d’un opéra comique d’un certain M. du Serre ou Duserre, composé par Pierre-David-Augustin Chapelle, et qui a été représentée à Paris sur le boulevard du Temple en 1787, sans que d’autres performances soient répertoriées : notre coffre donne ainsi une indication nouvelle sur la fortune de ce spectacle.

En guise de conclusion, attardons-nous sur le décor gravé qui encadre l’affiche : outre des ornements classiques (lustres, trompettes, armoiries…), deux personnages de la Commedia dell’arte promettent aux spectateurs un beau divertissement : Arlequin vêtu de son habit à carreaux et portant son masque noir, et Pantalon, à la barbe pointue, accompagnés de petits écureuils musiciens.



Citer ce billet
Claire Daniélou (2023, 6 janvier). Un mystérieux coffret parmi les acquisitions 2022. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxfh

  1. Voir par exemple : Bourrinet (Patrick). “Un coffret de pharmacie de la fin du XVIIIe siècle revu au siècle suivant”. Revue d’histoire de la pharmacie, no 390, 2016, p. 273-277, en ligne : www.persee.fr/doc/pharm_0035-2349_2016_num_103_390_23138. []
  2. Librairie Paul Jammes, Catalogue no 24 Ephemera, 2022. []
  3. Voir les indications données sur la base César pour la ville de La Rochelle, d’après Musset (Georges), Le théâtre à La Rochelle avant la Révolution, dans Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des Départements, Paris : Plon-Nourrit, 1899 : https://cesar.huma-num.fr/cesar2/places/places.php?fct=edit&location_UOID=102035. []

Claire Daniélou

Conservatrice des bibliothèques, responsable du département de l'Iconographie et des Cartes et plans de la BHVP

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search