Étiqueté : Réserve

Une année d’acquisitions : les Imprimés

Jean Cocteau, Le Livre Blanc, 1928 La Bibliothèque historique est depuis 1996 la détentrice de la bibliothèque personnelle de Cocteau qu’elle a rachetée à l’occasion de la dispersion de sa...

La bibliothèque du Château de Nohant

En 1953, la petite-fille de George Sand, Aurore Sand-Lauth, lègue à la Bibliothèque historique la bibliothèque de son aïeule : la majorité de ce don est constituée d’archives, avec notamment de nombreux manuscrits originaux de la main de George Sand mais aussi toute sa correspondance ; en plus de ces documents, parmi les plus prestigieux, le don d’Aurore Sand inclut également 699 livres et revues encore conservés au château de Nohant.

Acquisitions 2022 – Imprimés

Comme chaque année, la Bibliothèque historique a écumé librairies et maisons de vente afin de trouver des documents susceptibles de venir compléter ses collections. Aujourd’hui, nous vous présentons donc un rapide panomara des ouvrages imprimés qui ont intégré notre Réserve en 2022 !

Les manuels de maîtres écrivains : enseigner l’écriture à Paris sous l’Ancien Régime

En septembre 2022, la Bibliothèque historique a mis en ligne, sur le portail des bibliothèques spécialisées, un important corpus de plus d’une centaine de manuels et de manuscrits consacrés aux maîtres écrivains. Cette collection, achetée par la Bibliothèque historique à la mort du collectionneur Guillaume Taupier, apporte aujourd’hui un éclairage sur ce métier méconnu de l’Ancien Régime.

Le ventre de Paris du 15e au 18e siècle : remarques sur les éditions de “La despense qui se fait chascun jour dans la ville de Paris” et sa fortune

La mise en ligne de notre exemplaire de “La despense qui se fait chascun jour dans la ville de Paris” (Paris, Étienne Groulleau, 1556) et d’une édition postérieure (Paris, René Ruelle, 1613) est l’occasion de se pencher sur un petit texte assez amusant, une courte énumération des quantités nécessaires à approvisionner Paris, qui commença à circuler à partir de la fin du Moyen-Âge.

Paris “en manière d’aquarelle” à la fin du 18e siècle

La fin du 18e siècle voit un renouvellement des représentations de Paris par l’estampe, dont témoignent sept albums de la Bibliothèque historique récemment mis en ligne. Ils regroupent plusieurs centaines de planches gravées par l’un des grands noms de l’estampe en couleurs en France, Jean-François Janinet (1752-1814). Paris y apparaît comme un écrin de joyaux d’architecture individuels.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search